23 févr. 2012

Qui a les jetons de Dexia ? Racailles a LA réponse !



Parfois le Modem parvenait à nous faire un peu marrer, surtout par la bêtise populiste et l'incompétence chronique de ses représentants locaux tels que Rodolphe Thomas ou Philippe Lailler. Mais pour une fois cette droite dite centriste trouverait presque une utilité : par ses ambitions électoralistes et sa cécité politique, le soldat Lailler ne cesse d'emmerder le pauvre Phiphi Duron pour sa participation au conseil d'administration d'une filiale de la banque Dexia. A Racailles, toute la rédaction est outrée : quoi ?! Duron en porte-drapeau du grand capital ? Duron n'est pas de gauche ?! Duron est plein aux as ?! A cela trois réponses indiscutables : Dexia Crédit Local – socialiste – 85 000 € de jetons de présence au CA sur 5 ans. Mais revenons sur cette affaire car finalement, c'est quoi ce Dexia Crédit Local ?

Dexia ou la Vertu Incarnée
Ce qui est bien dans cette histoire, c'est qu'elle permet de poser certaines vraies questions (enfin au moins à Racailles car on attend toujours pour que Ouest France ou le Modem [sic] dépassent les questions de moralité un peu catho ou de petits jeux politiques personnels). Pour faire vite sur Duron, Dexia serait venu
le chercher au Conseil Régional, comme d'autres politicards, il a dit oui, il dit y avoir porté et défendu la parole des collectivités (= servir de caution et d'alibi), le tout payé au SMIC chaque mois pendant 5ans... Aucun regret ? aucun cas de conscience ? Non, au-delà de tout cela, on va enfin pouvoir évoquer le financement des collectivités locales.Mais abandonnons le pauvre Phiphou un moment pour voir ce qu'est ce Dexia Crédit Local auquel il participe.

Tout part d'un constat libéral : l’État ne veut plus investir. Il gère et il « économise en bon père de famille » [voir notre article « Arme de dettestruction massive »] Ainsi, il a progressivement confié une bonne partie de ses missions à celle qu'il aime plus que tout : la finance. Privatisations, partenariats publics-privés, délégations de service public, financement... tout peut être fait par d'autres alors pourquoi se faire chier ? Oui mais les « autres » ne font pas cela pour rien : il en tirent des profits, des bénéfices, des dividendes et des intérêts. En gros un max de blé ! Comme l’État n'a plus voulu investir que pour des trucs de merde (ex : acheter Quick avec la Caisse de dépôts) il a fallu pour les collectivités – administrations, villes, agglos, départements, régions... - aller trouver l'argent quelque part pour construire des hôpitaux ou des routes. On a donc offert une rente aux organismes financiers sur le compte des contribuables... Et qui est leader sur ce créneau ? Je vous le donne dans le mille : Dexia !! Dexia Crédit Local propose depuis des années des prêts très variés aux collectivités sur des durées allant de 2 à 40 ans : il y a des prêts à taux fixes (ceux qui ne bougent pas), à taux indexés (où le taux d'intérêt suit l'évolution d'un index de marché comme le franc suisse...) et les prêts structurés. Ces derniers sont les pires puisqu'il s'agit d'un prêt à long-terme structuré autour d’un prêt à court-terme, de telle manière à reporter les remboursements relatifs au capital (et parfois des intérêts) sur le prêt à long-terme, jusqu’à ce que le prêt à court-terme soit remboursé. Les prêts indexés et structurés sont ceux qui empoisonnent les finances locales depuis les débuts de la crise financière...


Dexia, plus « utile » tu meurs...
Duron et d'autres dirigeants de Dexia (notamment ceux auditionnés devant la commission parlementaire) affirment que Dexia est utile voire positive pour les collectivités ! Mais est-ce que tout ce beau monde a oublié que Crédit Local de France (créé en 1987 et public jusqu'au 1er décembre 1993 puis privatisé chez Dexia) est bien une banque privée et que ses intérêts de banque privée passent avant l'intérêt général ? Même Claude Bartolome, président de la commission parlementaire sur Dexia et ami de Phiphou le reconnait : « Tous nos interlocuteurs locaux, élus comme représentants de l’État, nous ont répété que Dexia était traditionnellement la banque de référence, notamment en matière de conseil. Or nous nous sommes rendu compte que, dans sa mission, elle n’avait pas été au rendez-vous : c’est là tout le problème. ». Si même le PS critique la manœuvre (tout en l'ayant auparavant utilisée encouragée et jamais remise en cause) c'est à ne plus rien y comprendre ! De plus que Rebsamen avait déjà fait scandale dès 2009 avec les mêmes arguments que Duron.

Et c'est vrai que Dexia et ses comparses ont été utiles. Quelques gâtés locaux d'une liste bien trop longue : Conseil Régional, Département du Calvados, Caen la Mer, Hérouville-Saint-Clair, Colombelles, Ouistreham, Saint-Aubin /s Mer, Cabourg, Houlgate, Saint-Arnoult, Honfleur, Lisieux, Livarot, Démouville, Bayeux, Blainville /s Orne, Toucques, Mézidon Canon, CHU de Caen et hôpitaux de Vire, de Falaise, de Bayeux, d'Orbec en Auge, Caen Habitat, Partelios Habitat,... Le total des seuls surcoûts pour eux évalués en 2010 montent à plus de 30 millions d'euros. Oui... 30 millions d'argent public à sortir en plus du montant initialement prévu, résultat de l'évolution des marchés (l'indexation) et le fait d'avoir choisi le tout libéral plus que la sécurité et le bon sens de l'action publique. Si Dexia, la BNP, le Crédit Agricole et d'autres ont une « utilité », c'est bien de vider les caisses collectives pour engraisser leurs actionnaires... et administrateurs ! Et Rodolphe Thomas en sait quelque chose puisque Hérouville est l'une des pires avec 4 144 000€ de surcoût soit 28% du total des emprunts ! Il a d'ailleurs signé un accord avec Dexia le 7 mai 2009 pour faire croire qu'il allait sauver la situation.

Aucune leçon de l'échec d'un modèle
Déjà sauvée en 2008 à coup de milliards (3Mds pour la France dont 2Mds par la Caisse des dépôts), Dexia n'a finalement pas tenu le choc de la crise et a été démantelée en plusieurs morceaux en octobre dernier. Les milliards d'euros d'emprunts de collectivités restent eux bien présents. Cet échec pour les libéraux fait une fois de plus apparaître l'impossibilité de déréglementer et de confier les missions de services publics et de l’État au privé car à chaque fois c'est le peuple qui en paye le prix cher. Il y a peu Dexia a même interpellé la Commission européenne et prévenu que sa survie dépendait de l'approbation par Bruxelles de son plan de sauvetage et de l'octroi d'une garantie de... 90 milliards d'euros de la France et de la Belgique !!! Cet appel suit une perte annuelle de 11,6 milliards d'euros, l'une des pires performances financières jamais enregistrées en France (la barre était déjà haute avec le Crédit Lyonnais). C'est par ce type de mécanismes que des hôpitaux sont fermés, que de plus en plus de personnes ne peuvent plus payer leurs loyers et vivent dans la précarité. Quand on voit l'attitude des politiques à l'égard des marchés et des banques, on comprend immédiatement les dérives de la démocratie, de la représentativité et le déni du mandat populaire.

Igmack Aroni

7 commentaires:

  1. Merci, les amis de Racailles pour ce travail d'investigation. Avec le lien ci-après, quelques infos supplémentaires
    Papy Georges
    http://anpag.org/article.php3?id_article=1138

    RépondreSupprimer
  2. Pour avoir été fonctionnaire des Finances, je peux témoigner que, dans les années 2000, les camelots de DEXIA venaient vendre leur soupe directement dans les réunions d'encadrement de la Direction Générale de la Comptabilité Publique.
    La responsabilité du naufrage incombe en partie aux services de l'Etat qui ont collaboré. Eux aussi devraient peut-être rendre des comptes ? D'autant que les organisations syndicales maison ne manquaient pas de gueuler contre cette collusion avec les commerçants de DEXIA. Le conseil gratuit, neutre et désintéressé en matière d'expertise financière, était pourtant une des missions des services publics de la DGCP.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette remarque fort intéressante. Racailles étant collaboratif et ouvert à celles et ceux qui souhaitent y contribuer, libre à vous de nous envoyer un texte à ce sujet et publié en pied de notre article dans la version papier et sur ce blog !

      Supprimer
  3. Avec quelques sources, je serais ravi de cet article bien sympa sur la collusion à l'échelle locale... (j'adore les sources, je suis un fada des sources)
    Et (parce que j'ai pas l'édition de Caen de Ouest France Forte), c'est quoi l'histoire avec Duron, à part qu'il a cachetonné chez dexia ?

    Et ben heureusement que dexia ne fait pas dans le mediator, il y aurait des morts...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors pour les sources : le rédacteur de cet article était présent lors de "l'explication" de Duron aux médias le 2 décembre dernier à l'Hôtel de Ville. Cela a été repris dans la presse locale :
      http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Dexia-la-replique-de-Philippe-Duron-_-2019171------14118-aud_actu.Htm
      http://www.tendanceouest.com/actualite-26225-dexia-credit-local-philippe-duron-assume-tout.html
      http://www.cotecaen.fr/2011/12/02/jetons-de-presence-de-dexia-le-maire-de-caen-se-defend/
      Bonne lecture, ou plutôt bon courage !!!

      Supprimer
  4. Merci à vous pour cet article! Le bombardement d'infos m'avait fait passé à coté...

    RépondreSupprimer
  5. Il manque un petit élément dans votre analyse, c'est que le dernier plan vise à faire reprendre les 70 Mds de prêts de Dexia aux collectivités dont personne n’est capable de connaître la part d’emprunts toxiques par la caisse des dépots et consignation banque publique qui a déjà supporté une partie de la faillite de Dexia.
    Intention louable qui permet à l'Etat à travers la CDC de venir en aide aux collectivités locales ?

    Pas tant que ça puisque la CDC est à travers la collecte du Livret A le principal financeur du logement social: ce sera donc des moyens en moins pour le logement social!

    RépondreSupprimer

Commentez comme vous le souhaitez, mais sans donner raison au point Godwin...