7 oct. 2012

VidéOGM : rencontre avec l'équipe de G-E Séralini

Nous avons rencontré Steeve GRESS, doctorant, chercheur au laboratoire ORECA (Oestrogènes, Reproduction, Cancer) et co-auteur de l'étude publiée par le CRIIGEN (Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le génie GENétique) sous la direction de Gilles-Eric Séralini "Toxicité à long terme du pesticide Roundup et d'un maïs OGM tolérant au Roundup" dans Food and Chemical Toxicogology en septembre 2012.



Depuis la sortie de cette étude qualifiée d'historique (car inédite à cette ampleur et sur cette durée) le CRIIGEN permet la relance du débat autour des OGM. Une pluie de critiques a été immédiate, souvent sans même que leurs auteurs n'aient pris connaissance du contenu de l'étude ! Mais la tour d'ivoire des firmes, des lobbies, des organismes de contrôle faussement indépendants et des scientistes en tout genre finira par tomber. Pour cela, encourageons d'autres études du genre pour qu'enfin un réel examen de ces poisons confirment leur nuisance sur l'environnement et les espèces vivantes.




Toutes les vidéos Racailles ICI

1 commentaire:

  1. L'étude publiée par Séralini dernièrement a le mérite de poser de très bonnes questions. En revanche, les résultats et les conclusions qui en sont tirées ne sont pas scientifiquement sérieuses ni rigoureuses, et attirent les foudres de la quasi totalité des chercheurs en biologie.
    En résumé, une bien mauvaise étude dans un bien mauvais journal. Les seules études que j'ai pû lire dans le passé atteignant un tel niveau, ou pire, de non scientificité étaient les études "pro OGM".
    Dommage que Séralini et ses collaborateurs n'aient pas su faire mieux (ou plus honnête?).
    Les opposants politiques aux OGM agricoles auraient bien tort de brandir l'étude de Séralini. Elle va dans leur sens en effet, mais ce n'est qu'une question de temps avant qu'il n'apparaisse au grand jour qu'elle manque de crédibilité, scientifiquement parlant. J'ai peur que la chute de cette étude n'entraine dans son sillage ceux qui la cite à tort, juste parcequ'elle semble servir leurs fins politiques, par ailleurs bien légitimes.

    RépondreSupprimer

Commentez comme vous le souhaitez, mais sans donner raison au point Godwin...