10 nov. 2012

Petite histoire ferroviaire de collabos ordinaires


ARTICLE PUBLIE DANS RACAILLES n°64 (oct-nov 2012)

Un Train Cherbourg-Paris le vendredi 28 septembre dernier. Arrivé en gare de Caen, le train se charge de nouveaux voyageurs pour le moins inattendus : trois fonctionnaires de la Police Aux Frontières (PAF) astreints aux services du rail. Et c'est là que le balai contôleurs de la SNCF- PAF commence... 


 ...jusqu'à leur arrivée dans le wagon de votre narrateur. Le contrôle des titres de transports s'opère et un homme patibulaire mais presque aux allures franchement noire voire black est contrôlé par le contrôleur avec une certaine excitation. Ce dernier lui demande son titre de transport qu'il n'a pas, et lui demande quasiment aussitôt ses papiers... Notre homme lui tend et, après un coup d'œil furtif, le contrôleur les tend au flic de la PAF posté juste sur ses arrières, tel un doberman prêt à bondir. S'en suit une vérification cette fois-ci plus attentionné du flic qui d'un geste de la main rappelle ces collègues qui rappliquent aussi vite. Et là on demande au petit gars un peu trop noir - donc forcément une menace pour la sécurité de notre douce France - face à ces crânes rasés et cheveux courts (que ce soit le contrôleur ou la police) d'accompagner la flicaille dans le sas du wagon pour opérer un contrôle. 

Manque de bol, le bougre a des papiers : un récépissé de demandeur d'asile... Mais c'est vrai, j'oubliais... ça reste un étranger ! Pendant ce temps le contrôleur arrive à ma hauteur, me salue et me demande mon titre de transport. Je refuse de lui présenter avant d'avoir eu réponse à cette question : « Est-ce un auxiliaire de la PAF qui me contrôle ou un agent de la SNCF? » Je me présente brièvement comme militant des droits de l'Homme (ce qui semble le déconcerté un peu) et lui fais part de ce que je viens de constater vis à vis de ce dangereux basané. Il ne me répond pas et me pousse à tirer ça au clair avec les trois ilotiers de la PAF qui poursuivent le contrôle du dangereux individu. Je le suis sans problème en m'exprimant fort et en rappelant que ça ne me pose aucun soucis de voir si les droits des personnes sont réellement respectés.


(un point Godwin assumé par la rédaction !)

L'échange avec les flics est cordial et le contrôle d'identité se poursuit à l'écart. Ils répondent avec le sourire à mes questions concernant le bien fondé de ce contrôle et m'expliquent, écusson flanqué de l’Hexagone à l'appui, qu'ils sont là sur leur territoire d'intervention afin suppléer les contrôles de billet des voyageurs sans titre de séjour... euh je veux dire de transport !!! Et qu'ils contrôlent le monsieur en question suite au constat par le contrôleur SNCF qu'il n'avait pas de titre de transport. L'un d'eux me fait d'ailleurs bien sourire en me rappelant qu'ils avaient contrôlé un Français un peu avant et qu'ils ne ciblaient pas les étrangers « ou ceux qui y ressemblent ». Un argument invérifiable et qui n'est pas sans rappeler le « Je ne suis pas raciste, j'ai un copain noir » ! Le climat reste néanmoins cordial et nous poursuivons les échanges sur un point juridique : ils m'interpellent sur l'article 78-2 du Code Pénal relatif aux contrôles d'identité et leur désarroi par rapport à cela depuis quelques mois. Pendant ce temps, le méchant Noir est relâché avec une mise en garde de ne pas refaire ça sous peine de pouvoir lui poser des problèmes pour l'obtention de l'asile !!! Attention si toi pas être sage et faire encore bêtises, toi pas avoir asile et être reconduit dans ton pays pour y mourir... C'est un peu le sous entendu. Je ne peux à ce moment m'empêcher de faire remarquer aux flics que ça n'a rien à voir : le gars a demandé la protection de la France par rapport aux risques qu'il a dans son pays, aucun rapport avec le fait d'enfreindre des règles en France, il risque uniquement les mêmes sanctions que vous et moi ! D'ailleurs, alors que flics repartent faire leur sale boulot, je m'aperçois que ce dangereux immigré fraudeur n'a même pas eu de contravention ! Le contrôleur devait sans doute être trop pressé de bien se faire voir par ses collègues de la police en bon auxiliaire qu'il est... Au moins ce bougre de terroriste noir aura économisé quelques dizaine d'euros d'amendes. Il va falloir songer à faire un petit geste de remerciement envers la SNCF.

SNCF, à nous de vous faire détester le train...

Tibo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentez comme vous le souhaitez, mais sans donner raison au point Godwin...