27 juin 2012

Festival Beauregard : à « Vote for John » choisissez l'abstention !

ARTICLE PUBLIE DANS RACAILLES N°63

Quatrième édition du festival Beauregard à Hérouville début juillet. Comme chaque année, le festival se la joue grosse pointure, grosses têtes d'affiche, programmation qu'elle-est-trop-bien-m'as-tu-vu à coup de grasse promo et marketing. Mais pas besoin d'aller voir bien loin pour y voir une arnaque culturelle bien montée. Décryptage.


Vitrine du Hérouville made in Rodolphe Thomas
Qui a le plus besoin l'un de l'autre ? Beauregard de Thomas ou l'inverse ? Il est vrai que lorsqu'on a une gestion si calamiteuse de sa ville tel que c'est le cas pour notre centriste Rodolphe, il est bon de pouvoir se redorer le blason avec un événement « populaire » et surtout visible. Le festival Beauregard a d'ailleurs été construit comme cela : alors que l'été est marque d'événements culturels nombreux et variés un peu partout dans la région, Hérouville ne proposait rien sur lequel se dorer une image. Il fallait donc rompre avec cette mauvaise image ; mais que faire... Proposer plus d'animations accessibles pour les « jeunes des quartiers », des festivités de rue, des lieux d'échange entre les populations, de l'ouverture culturelle basée sur un peu d'éducation populaire et surtout un soutien pour favoriser la gratuité..? Pas très simple et pas très rentable, surtout politiquement. Et là vint l'idée ultime : un grand festival, où l'on parlerait d'Hérouville partout...
Comme c'est majoritairement le cas, le Maire d’Hérouville-Saint-Clair joue la carte com' en mettant tout sur le visible – cache misère et délaissant le reste. On n'attendait pas autre chose de notre adepte de la politique politicienne sans carrure ni socle idéologique cohérent, allant deçi-delà en fonction du vent, des intérêts personnels, des caméras et des micros. C'est ce qui l'anime quotidiennement au sein de sa ville et de l'agglo : tenter de déguiser du vide ! Normal quand on a un bulletin électoral à la place du cerveau ! La question majeure reste : pourra-t-il faire plus populiste que l'an passé où on l'avait vu jouer sur scène lors de l'inauguration ? Rodolphe, c'est un peu le BHL de la politique : toujours prêt à agir pour se mettre en scène même s'il n'y a pas d'idées derrière. Et puis pour masquer les choses il y a l'argent [public]. C'est bien pratique ! Alors que de nombreuses associations connaissent des difficultés au risque de licencier voire fermer (ex : La voix des femmes ; TSF98) l'orientation prioritaire des finances hérouvillaises va sur le festival à coup de dizaines de milliers d'euros (60 000€ en 2009, 150 000€ pour 2010).

Quel que soit le costume, toujours une gueule de con !
Vote for la connerie
Dès le début on a vu l'arnaque se faire. Beauregard a toujours été construit pour faire grand, faire de l'entrée plutôt que de la culture, faire de son nom une marque déposée sans âme. Paul Langeois, directeur du BBC et du festival l'indiquait dès 2008 : « on veut taper haut très vite. Devenir le festival de

26 juin 2012

Racailles n°63 - Les vacances, c'est maintenant !

Après une si longue attente (c'est à dire depuis le n°62 du 1er mai) nous avons enfin bouclé le nouveau Racailles. Bien meilleur qu'un Beaujolais nouveau, vous pouvez pour le moment vous le procurer à prix libre au Bar de la Fac (rue du Gaillon) et très prochainement dans d'autres lieux de dépôt et tout l'été dans la rue et sur les plages.

Racailles n°63

Et c'est autant un Racailles nouveau qu'un nouveau Racailles étant donné que pour la toute première fois, tout-toute première fois, le format change pour devenir un cahier comme un vrai truc qui ressemble à quelque chose et qu'on peut mettre dans son sac tel un Cosmo... Et ce format va vous être d'autant plus pratique qu'il vous permettra de vous prélasser sous le soleil normand [sic] et faire le cahier de jeux spécial été !!!

Alors quoi donc qu'y a d'dans ?
  • Festival Beauregard : à "vote for John" choisissez l'abstention !
  • Plysorol : un sursis qui s'éternise.
  • "Tout le monde aime bien ce jeune Noir qui possède la nonchalance des gens de sa race".
  • Naufrage des droits de l'Homme.
  • La (re)découverte du rationalisme.
  • Les migrations et l'immigration pour les Nuls - "Un peu d'économie..."
  • Cahier de jeux avec labyrinthe, points à relier, mots casés, mots mêlés, tests, horooscoloscopie,
  • L'appel du 18 juin de Gérard Schpuntz.
  • un poster et un dessin tout beau EN COULEUR !
Si on ne vous a pas gâté là, on ne sait pas ce qu'il vous faut...
Bonne lecture et faites gaffe car "l'été s'ra chaud sous les maillots".

il y en a bien un pour vous...


25 juin 2012

Racailles Radio #6 - on se roule un juin

Quelle émission les ami-e-s ! Nous n'avons pas chômé pour remplir l'heure d'un grand mélange dont seul Racailles a le secret. Et grâce au podcast (ou baladodiffusion) vous pouvez la réécouter encore et encore et encore et encore...

 
Au sommaire :
  • Des boat-people avec "Boats4people" qui a lieu début juillet en méditerranée. Plus d'infos
  • Un point sur 4 ans de lutte à Plysorol (Lisieux).
  • Retour sur le week-end de résistance contre la ligne THT au Chefresne avec notre envoyé spécial à bord de l'hélico Racailles.
  • LE billet colonial de Gérard Schpountz.
  • FUCK ME JOHN, ou pourquoi Beauregard c'est de la merde.
  • Ciné-Racailles : vive "Le Grand Soir" !
  • Le jeu à la con du Pr Rubicon spécial "morts débiles".
  • Et en invités exceptionnels, l'Harmonie Municipale de Muflins qui interprète son déjà culte "Radio p'tite bite".
Bonne écoute, et n'oubliez pas de partager à vos ami-e-s, ennemi-e-s et autres connaissances.
L'Harmonie Municipale de Muflins dans Racailles Radio