29 oct. 2012

Cette année, on n'hiberne pas !

ARTICLE PUBLIE DANS RACAILLES n°64 (oct-nov 2012)

Militant(e) (du latin miles, militis : « soldat ») : personne qui se bat pour défendre (ou imposer) ses idées et convictions propres ou celles de leur école de pensée. Le militantisme peut désigner un « zèle ardent » dont font preuve certain-e-s en vue de rallier des personnes à une cause.

Pas toujours simple de garder le cap dans la morosité ambiante. Quand on voit ce que parvient à faire le pouvoir socialiste, à savoir une belle continuité dès le début due son mandat, on peut se dire que l'on risque d'avoir autant de boulot que sous la droite. Pourtant, je me souviens que l'histoire avait presque bien commencé alors qu'un certain soir de mai dernier beaucoup avaient le cœur en joie de dégager Sarkozy. Certes, le bol d'air pouvait paraître plaisant après 10 ans de calvaire. Mais le changement est-il un bien pour un mal ? Si finalement seule l'équipe avait changé mais pas la stratégie ? Et si celle que certains appellent encore la gauche nous refoutait un coup de pied au cul et l'austérité, le tout libéral et la xénophobie dans la gueule ?


L'époque des renoncements
1981, Mitterrand est élu et le coup de poker est magistral. Les premières grandes mesures avaient permis de préparer dans la joie et la confiance le grand tournant de la rigueur et de la « modernisation » ! Si bien qu'aujourd'hui les plus belles années du renoncement et de la traîtrise sociale servent encore d'exemple aux socialistes et leurs amis. Et du côté militant me direz-vous ? L'enterrement des années 70 – et avec elles des dernières consciences de classes - fut magistralement réussi. C'est le règne incontestable de TINA (There Is No Alternative – il n'y a pas d'alternative) et des politiques reagano-tchatcheriennes. Pour canaliser le tout, le pouvoir crée quelques gadgets tels que SOS Racisme (contre un FN dont il a lui-même permis la montée) ou met le focus sur les grandes causes humanitaires (lors de catastrophes dont il n'est pas non plus étranger !!!). Résultat, hormis quelques grands soubresauts comme la

27 oct. 2012

Racailles Radio saison 2, ça commence vendredi 2 novembre sur Radio Bazarnaom !!!



Le monde pensait s'en être débarrassé... à jamais
On leur a envoyé les pires censeurs, des agents doubles et des forces spéciales.
Les éléments cataclysmiques ont été invoqués par le CSA pour les éliminer définitivement des ondes.
Mais rien n'y a fait... Et à cause de ces hippies de Radio Bazarnaom, ils sont de retour... 
Et ça va chier des bulles...

vendredi 2 novembre à 18h
RACAILLES RADIO revient
sur Radio Bazarnaom (92.3FM - www.radiobazarnaom.com)

Vous l'attendiez, vous en rêviez, vous le fantasmiez... Et tout s’apprête à (re)devenir réalité !

25 oct. 2012

Manif de droite contre le mariage gay à Caen

Quelle surprise en plein centre-ville de Caen mardi 23 octobre 2012. On a l'habitude d'être informé à l'avance de rassemblements ou de manifs, mais là c'est la réalité qui a rattrapé la caricature : on est tombé sur... une manif de droite (une vraie) !

Quand la droite manifeste, c'est pas vraiment La Carmagnole !

Il était à peine midi sous le ciel gris bas-normand. La rue commençait à s'agiter dans la routine de sandwichs pressés guidant travailleurs et étudiants. L'homme à l'harmonica jouait son blues quotidien rue Saint Pierre et le carrousel de la place Bouchard tournait à vide. Mais c'est un tout autre manège qui nous laissa bouche bée : sur la place, juste derrière, près de 200 personnes étaient rassemblées avec des vêtements noirs ou verts pour les messieurs; roses ou blancs pour les dames et l'inscription "Un Papa, une maman, on ne ment pas aux enfants" ! Stupeur et interrogation. La droite est dans la

23 oct. 2012

Les gouvernements changent... mais la xénophobie et le racisme d'Etat restent !

ARTICLE PUBLIE DANS RACAILLES n°64 (oct-nov 2012)

Il paraîtrait que le changement c'est maintenant ! Pas sûr que l'info soit arrivée jusqu'au Ministère de l'Intérieur...

Si la valse des gouvernements se poursuit sous la Vème République, le nouvel Valls n'hésite pas à suivre la danse des années trente réentamée depuis les années 90. Une danse qui pique sa chorégraphie à l'extrême droite, que ce soit sur les questions de sécurité ou d'immigration. Les décisions tonitruantes du nouveau sinistre de l'intérieur marquent sans aucun doute sa volonté de continuité et non de rupture avec les politiques répressives, xénophobes et racistes impulsées par la droite et notamment un certain Charles Pasqua au début des années 90 (1993 c'est l'arrivée de Pasqua à l'Intérieur, marquée par un changement de discours et de politiques très à droite notamment en matière de sécurité et d'immigration). Jospin n'y changera rien, bien au contraire : la stigmatisation bat son plein, par exemple pour les jeunes des banlieues ou celles et ceux que l'on dit « issus de l'immigration » (alors qu'ils sont nés en France), qualifiés de « sauvageons » par Jean-Pierre Chevènement alors ministre de l'intérieur de Jospin ; sauvageon qui laissera place à racailles (eh oui si votre journal Racailles était né sous Chevènement il se serait appelé sans aucun doute Sauvageons !!!).

Même ton(fa), mêmes expulsions

Le changement entonné prophétiquement par le candidat Hollande ne semble pas non plus être prêt à survenir sur les questions migratoires. La destruction des camps de Rroms et leurs reconduites imbéciles - alors même qu'ils sont citoyens européens et bénéficient de la libre circulation au sein de l'espace Schengen – constitue un premier fait d'arme du nouveau premier flic de France et donne le ton : « le facho est mort ! Vive le facho ! ». C'est la continuité dans la xénophobie d’État ! Peut-être que les CRS et les Gardes Mobiles en charge du sale boulot portent désormais une

18 oct. 2012

Et la Loupiotte fut…


ARTICLE PUBLIE DANS RACAILLES n°64 (oct-nov 2012)

Perdue au milieu de la commune de Louvigny (14), haut lieu de l’événement sportif et cinématographique Grolandais (le Grölux - pour ceux et celles que le terme « Banzaï !!! » suffit à faire monter la petite larme et hérisser le poil…), La Loupiotte est une baraque qui, comme le venterait si bien un agent immobilier de Century 21, a un réel potentiel et de beaux volumes, ainsi qu’un jardin qui ferait bander Nicolas le Jardinier. Dans cette baraque quelques illuminés ont décidé d’y organiser concerts, expos et autres réjouissances festives. Petit détours chez les allumés de la Loupiotte….


Racailles : Quand a commencé à briller La Loupiotte ?
La Loupiotte : On a commencé la location le 10 octobre 2011. Après maintes et maintes visites et confrontations aux réticences des proprio, on a eu un coup de bol. C’est en voyant le sous-sol de la maison que la petite ampoule eurêka s’est allumée ! Le sous-sol est apparu comme un espace à investir, à faire vivre…

Racailles: La Loupiotte ce n’est pas une secte à la gloire d’Edison, ni une confrérie d’agents EDF ; alors c’est qui ?!
La Loupiotte : Officiellement on est 8 colocs. La première étincelle de la Loupiotte est avant tout une histoire d’amitié. Pas n’importe qu’elle amitié, une amitié ornaise !
On est tous des potes de lycée, avec des expériences diverses à l’étranger ou à l’université. On s’était dit "rendez-vous dans 7 ans". Alors on est tous revenus sur Caen avec une envie de grosse coloc, et le bail nous à réunis (séquence émotion…).

Racailles: Et sinon La Loupiotte, ça fonctionne comment ?
La Loupiotte : C'est avant tout un espace d’accueil. On marche beaucoup sur le principe de Carte Blanche (n’y voiyez aucune notion raciste dans cette expression !) donnée à un organisateur extérieur au lieu. Pour éclairer ceci, on a déjà eu pas mal à faire avec par exemple

16 oct. 2012

La politique de l’attaque du symbole


ARTICLE PUBLIE DANS RACAILLES n°64 (oct-nov 2012)
Dans le symbole coexistent plusieurs camps : la vie, la mort ; le produit, l’acheteur ; l’ami, l’ennemi ; François Hollande, Karl Marx… Détruire un symbole est la première chose à faire quand on veut marquer les esprits. C’est de la provocation mêlée à de la vengeance. Spontanée ou préparée, l’attaque d’un symbole engendre une multitude de réactions possibles. Du flop au buzz, du rire aux larmes, de la caresse à la matraque… En tant que gauchiste notoire vivant en milieu hostile, mon ennemi le plus évident est le capitalisme. Les angles d’attaques étant nombreux, tout seul je n’irais pas bien loin : j’ai besoin d’un coup de main, je vais aller me renseigner à la CGT. 
Théorie, pratique... apprentissage
Ce qui suit est authentique.
« Bonjour j’ai besoin de votre aide pour attaquer les symboles du capitalisme 
- Heu…Vous savez, nous on fait plutôt dans le syndicalisme… On défend les travailleurs, c’est pas un parti politique ici.
- Je dois aller où pour ça ?
- Je sais pas, vous avez essayé le Parti Socialiste ? »
Aussitôt dit, aussitôt fait ! Je vais donc au siège du Parti Socialiste de ma commune.
« Bonjour. J’ai besoin de

13 oct. 2012

Faudra serrer les cuisses, ou comment on Vire une maternité

ARTICLE PUBLIE DANS RACAILLES n°64 (oct-nov 2012)
dernière mise à jour 29/01/13 en bas d'article

Quand vous voulez vous débarrasser d'un truc sain, il faut commencer par le rendre malade, ou en tout cas faire croire qu'il l'est. A Vire (60km de Caen) on voit le coup venir depuis des années. A force de discréditer les services du Centre Hospitalier (CH), l'Etat par son Agence Régionale de Santé (ARS) va bien finir par faire appliquer son organisation comptable du territoire de santé. Et tant pis si personne, ni même lui, n'a à y gagner.

Ce n'est pas une nouveauté : il y aurait toujours trop de maternités en France. Pourquoi s'encombrer de ces services coûteux alors qu'il suffit de serrer les cuisses dans une voiture pendant ¾ d'heure et le tour est joué ?! Cette absurdité s'applique depuis des années. Depuis 1976, deux maternités sur trois ont disparu de notre territoire. Mais il semble qu'il en reste encore trop, notamment des petits services dits de « niveau 1 ». C'est le cas de Vire qui se bat depuis trois ans pour que les parturientes du bocage envisagent l'accouchement sereinement et puissent donner la vie en toute sécurité.

Trois ans d'assauts
Le combat débute en 2008. Suite à la sortie du rapport LARCHER, une possibilité de fermeture de la maternité de Vire est envisagée par la directrice du CH, affirmant que le personnel serait

12 oct. 2012

Racailles numéro 64 disponible ! Et fiesta en vue...

C'est vraiment la rentrée pour Racailles (comment ça "il était temps" ?). Le numéro 64 est sorti en cette date historique du jeudi 11 octobre 2012 et on peut vous dire qu'il va vous tenir pendant les deux prochains mois car il y a de quoi lire !!!

Au sommaire : 
A vos agendas !
A l'occasion des 5 ans de Racailles, nous vous invitons à venir célébrer l'anniversaire du journal le samedi 10 novembre 2012 au Bar de la Fac (rue du Gaillon à Caen - arrêt de tram place de la Mare) à partir de 19h.
Plein de surprises vous y attendront...

A retrouver sur Facebook : https://www.facebook.com/events/268617966574917/


9 oct. 2012

Au Mali si tu savais...


ARTICLE PUBLIE DANS RACAILLES n°64 (oct-nov 2012)

Le changement c'est pas vraiment pour maintenant. La politique extérieure de la France est là pour témoigner sur la continuité. La fièvre belliqueuse qui s'est aggravée en Occident depuis 2001 avec une chasse effrénée et tout azimut aux terroristes islamistes devenus prétexte à presque toutes les interventions armées occidentales de ces 10 dernières années ne semble toujours pas étanchée, bien au contraire.

A l'heure où nous écrivons (début octobre 2012) le spectre d'une intervention en Syrie et au Mali est sur le point de se matérialiser. Alors que les médias se focalisent sur la situation syrienne; l'affaire semble être déjà réglée en ce qui concerne le Mali et l'intervention armée entérinée par les politiques et sans doute aussi par une large frange de l'opinion publique. Cet élan guerrier rappelle les interventions françaises en Côte d'Ivoire ou encore au Tchad en 2008-2009. des « théâtres d'opérations » comme disent les militaires où l'armée française était intervenue pour maintenir au pouvoir des dictateurs amis de la France, comme Idriss Déby (reçu par Hollande fin novembre) ou pour placer à la tête du pouvoir le poulain Ouattara (reçu à l'Elysée en juillet dernier) qu'un scrutin plutôt obscur avait déterminé comme le victorieux à la présidence de la Côte d'Ivoire. Mais pourquoi ces interventions militaires en Afrique suscitent-elles si peu d'intérêt voir d'émoi auprès de la population ? Faut-il y voir un relent de colonialisme mal digéré?

Situation dans le nord Mali

La situation dans le Nord Mali reste très préoccupante, mais sa complexité réelle met à mal le manichéisme vers lequel les médias français veulent plonger l'opinion publique. L'unité s'est opérée entre les groupes extrémistes et terroristes islamistes d’AQMI (Al-Qaida au Maghreb Islamique), MUJAO (Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest ), Boko Haram (« L'éducation occidentale est un péché »), et d’Ansar Eddine, et ces

7 oct. 2012

VidéOGM : rencontre avec l'équipe de G-E Séralini

Nous avons rencontré Steeve GRESS, doctorant, chercheur au laboratoire ORECA (Oestrogènes, Reproduction, Cancer) et co-auteur de l'étude publiée par le CRIIGEN (Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le génie GENétique) sous la direction de Gilles-Eric Séralini "Toxicité à long terme du pesticide Roundup et d'un maïs OGM tolérant au Roundup" dans Food and Chemical Toxicogology en septembre 2012.



Depuis la sortie de cette étude qualifiée d'historique (car inédite à cette ampleur et sur cette durée) le CRIIGEN permet la relance du débat autour des OGM. Une pluie de critiques a été immédiate, souvent sans même que leurs auteurs n'aient pris connaissance du contenu de l'étude ! Mais la tour d'ivoire des firmes, des lobbies, des organismes de contrôle faussement indépendants et des scientistes en tout genre finira par tomber. Pour cela, encourageons d'autres études du genre pour qu'enfin un réel examen de ces poisons confirment leur nuisance sur l'environnement et les espèces vivantes.


2 oct. 2012

Pourquoi j'ai peur de l'Islam ?! (réflexions sur l'islamophobie croissante)

ARTICLE PUBLIE DANS RACAILLES n°64 (oct-nov 2012)

Les affaires successives du film (que dis-je un film, un étron !) « L'innocence des musulmans » et des caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo ont provoqué un regain de tension anti-occidental dans le monde musulman, et un regain de tension anti-arabe dans le monde occidental, ramenant sur le devant de la scène la fameuse et non moins fumeuse histoire du « conflit de civilisation » qui opposerait monde arabe et monde occidental.

Regain de tension arrivant à point nommé, pour détourner des pays en crise de leurs véritables ennemis, de leurs véritables problèmes. En effet, le système capitaliste occidental nécessite un ennemi cristallisant ses angoisses, ses peurs et ses errements pour pouvoir se perpétuer en toute quiétude, sans que personne ne reproche à ses thuriféraires leurs exactions financières et sociales. Il en allait ainsi pendant plusieurs décennies de guerre froide ou l'ennemi de la liberté était : « le Rouge », aujourd'hui (malheureusement ?) disparu. Son successeur est arrivé bien vite après la chute du mur, dans une montée en puissance atteignant son paroxysme le 11 septembre 2001 : l'Islam.
L'Islam nouvel ennemi du libéralisme, de la liberté d'entreprendre et d'exploiter à sa guise, ennemi de la liberté de commerce, de la liberté morale (la liberté peut-elle être morale, d'ailleurs ?)... La ficelle est un peu grosse, mais s'est imposée en une décennie de discours fascisant, car discours stigmatisant une religion (l'Islam) assimilée à une population (les Arabes) considérés bien souvent comme race inférieure. On peut voir dans cet amalgame récurrent entre musulman et arabe un signe de développement de théories fascisantes, comme nous l'avons connu en d'autres époques avec d'autres religions : porter la confusion pour stigmatiser est un signe qui ne trompe pas !


La chasse aux sorcières est ouverte

Les sorcières contemporaines ne sont plus marxistes, mais islamistes. Il ne s'agit plus de guerre idéologique, mais de guerre morale (d'où le fait que certains illuminés y voient le retour des guerres de religion médiévales). L'étendard du