12 avr. 2013

Homophobephobe ? *

*qui a la phobie des homophobes

ARTICLE PUBLIÉ DANS RACAILLES n°66 (printemps 2013)

L'homophobie, symbolique ou réelle, révèle la bestialité de ceux qui la pratiquent.
Ces derniers mois, avec le “débat” (qui en réalité n'existe pas véritablement) sur le mariage homosexuel, le nombre d'agressions visant des personnes homosexuelles s'est accru spectaculairement en France. Ces agressions d'un autre âge sont malheureusement une réalité. Des individus s'attaquent à des inconnu-e-s dans la rue en ayant pour unique prétexte un soupçon d'homosexualité. Quel degré de carence d'empathie humaine peut-on avoir lorsqu'on violente sans vergogne un-e inconnu-e au seul motif de sa sexualité, ce qui n'a strictement aucune implication sur la vie ou la santé de l'agresseur ?


Une fois de plus, il s'agit d'un déficit grave d'humanité (voir le même cas dans l'article sur les anti-roms) car l'agresseur insulte, menace, séquestre, violente et même quelque fois viole ce qui représente dans sa tête le mal absolu, afin de l'humilier pour mieux exorciser sa haine. Il veut donner une leçon aux “malades”, aux “déviant-e-s”, il veut avoir l'occasion de les mépriser, faute de pouvoir les supprimer puisqu'il sait que la loi ne lui permet pas. La loi ne lui permet pas de violenter non plus, mais il sait que s'il agit vite comme l'éclair, sans préméditation réelle, sur un parfait inconnu, et qu'il disparaît aussi vite dans l'obscurité, les forces de l'ordre s'acharneront bien moins à le démasquer que s'il avait commis un homicide...
Il est soulagé !
Il a apaisé sa haine !
Il a extrait sa violence !
Il a vomi sa diatribe homophobe !
Il a fait une victime !
Il a terrorisé la communauté homosexuelle et ses défenseurs !
Il a montré sa rage à défendre ses “valeurs” et pense appuyer son combat de cette manière !
Il a martyrisé, humilié et parfois brisé un individu qui n'avait pour seul défaut... et bien, qui n'avait aucun défaut à priori... Il s'agissait peut-être même d'un individu très charmant, humain et chaleureux, contribuant au bonheur de ses frères, qui sait ?

Mais à cet instant, le sort lui a malheureusement fait tomber dessus une tare de l'humanité, un sale type déviant, fou, et malade, un handicapé cérébral, ne possédant certainement pas assez de neurones miroirs lui permettant d'avoir la capacité d'empathie et de rapports sociaux cordiaux normalement propres à chaque être humain normalement constitué. Vous savez, ce genre de type qui bousille régulièrement le développement harmonieux de l'humanité depuis l'origine de l'Homme ! Ces cerveaux malades qui ne sont pas encore considérés comme tels et qu'on laisse encore s'exprimer librement (pour le moment).


Ce sont eux les malades, ce sont eux les déviants et non pas leurs victimes innocentes. Oui, l'homophobie est une grave maladie mentale ! Qu'il faut traiter au plus vite. Les méthodes sanitaires radicales qu'on pratiquait en d'autres âges nous dicteraient d'éradiquer cette vermine au plus vite et sans aucune pitié, afin que cette gangrène disparaisse au plus vite. Par exemple d'appliquer à l'agresseur l'agressivité et la violence qu'il a déployé envers sa victime, afin de ressentir à son tour les tourments qu'il a provoqué. Certes cela soulage de casser de l'homophobe a coups de batte et de leur enfoncer un crucifix dans le fondement de leur foi putride, mais est-ce vraiment sérieux ? Ces méthodes ne sont que la reproduction de celles de ces odieux personnages et les appliquer ne conduirait qu'à créer une extension de haine et de violence qui, comme on le sait, résolvent très rarement les problèmes sociaux. Il faut les traiter pour ce qu'ils sont - des individus malades - et chercher les racines de leurs problèmes.


La plupart du temps, ce défaut d'humanité est du à un manque d'affection et d'attention depuis leur plus jeune âge, une carence de caresses, d'amour d'autrui, une inexistence certaine aux yeux de leur entourage pendant très longtemps, créant mal-être, frustration latente, et générant de façon épisodique des pics de violence et de haine intense, couplés à une incapacité d'avoir des rapports sociaux sains et respectueux. Bref, un défaut d'humanité critique méritant une prise en charge rapide ! De telle sorte que ces individus contre-nature puissent être réinsérés normalement dans la société. Des thérapies comportementales douces doivent être déployées au plus vite envers ces monstres de bestialité. Il est nécessaire de contenir de façon urgente ce problème croissant mettant en péril notre monde.


Alors agissons tous ! Dès que vous rencontrerez un homophobe, n'hésitez pas à le caresser, lui transmettre une affection véritable. Attention, pas une fausse affection hypocrite et sarcastique, non ! Il se braquerait et risquerait de vous tuer. Faites preuve d'une véritable affection empathique ! Vous verrez, il sera surpris... Normal, il ne sait pas ce que c'est ! Mais vous le conduirez d'avantage vers la guérison de cette manière.


De nouveau (comme l'article “Animaux - un racisme inversé”), ce texte présente un ton légèrement acrimonieux et caustique pour renverser certains a priori. En effet, il est toujours nécessaire de montrer qui sont les véritables malades ! Et ce renversement, je l'espère, permettra de réaliser d'avantage l'aberration que représentent les discours ou actes liés à l'homophobie ou toutes autres formes de racisme ou exclusion.

XX

1 commentaire:

  1. Je doute que je réussisse à faire preuve d'une Véritable affection avec un(e) homophobe.

    RépondreSupprimer

Commentez comme vous le souhaitez, mais sans donner raison au point Godwin...