25 avr. 2013

Racailles n°66 (printemps 2013) dispo !!! On the road again...

A Racailles, on sait que tout vient à point à qui sait attendre. Et on a bien raison car on avait tout flairé : Cahuzac, Thatcher, l'envolée lyrique de cette France homophobe, le copier-coller de l'ANI dans la loi,... Donc on ne regrette pas de sortir le numéro deux mois en retard par rapport à notre pseudo-calendrier. Et puis de toute façon on fait ce que l'on veut, nah !


Au sommaire :



Édito de Racailles n°66

Racaillous et racaillettes qui lisez encore ce bon vieux journal, merci d'en être encore et d'être patient !  Certes Racailles sort peu, avant tout parce ça demande beaucoup de temps et beaucoup de travail. Mais on est encore là, prêts à foutre le souk et tout le monde est cor-da !

Si vous voulez prendre d'assaut la parole publique (et au passage les médias traditionnels de désinformation) ; si vous avez des choses à exprimer avec virulence et passion ; si vous voulez faire “comme Médiapart” ; si vous considérez que l'objectif des médias est d'incarner un contre-pouvoir plutôt que servilement accompagner les dominants... nos bras sont grands ouverts pour vous accueillir dans notre équipe de foufous ! Faire un journal, c'est hyper grisant, et si nous étions plus nombreux, nous pourrions faire un peu plus d'investigation locale par exemple... Et puis faire un journal, ça s'apprend sur le tas ! Foutaises que les écoles de journalisme qui moulent à la pensée dominante pour produire de l'info par kilos au gré d'une “actu” commanditée et buzifiée, nourrissant une opinion publique fantasmée plutôt que de questionner des idées alternatives ! Bref, si vous avez la patate, des idées à faire germer et de la créativité à partager, rejoignez-nous !
Avec une ligne éditoriale comme la nôtre, il y a du taf en ce moment ! Beaucoup de choses à critiquer, à démonter, à contester, à analyser, à défendre, et aussi à proposer : les nombreuses “affaires” qui gangrènent l'Etat ; les actionnaires et chefs d'entreprises omnipotents qui contrôlent le destin de la France et du monde et sacrifient à la fois planète, hommes et femmes pour assouvir leur insassabiable appétit d'argent ; le fossé entre riches et pauvres de plus en plus accentué par la démission de l'Etat face aux intérêts de la finance ; les richesses et ressources du Sud pillées sans cesse ; d'éternelles guerres coloniales rejetant l'Autre derrière murs et frontières ; et bien sûr les pandas qui meurent !
La résistance, bien vivante, doit maintenant se muer en changement radical de nos sociétés,  nos institutions, nos modes de vie et nos rapports à l'autre. Nous avons pleuré la mort de Stéphane Hessel, mais son esprit de combat contre l'injustice sera toujours présent. Nous avons trinqué à la mort de Thatcher, qu'elle brûle en enfer dans les hauts-fourneaux qu'elle a fait fermer ! Et qu'elle emporte avec elle tout ce qu'elle incarnait d'injustice sociale, d'égoïsme, d'esprit individualiste et pionnier, et j'en passe ! 
Sur ce, bonne lecture de vot' p'tit torchon local !
Jacques Espère en Dieu et Yves Très Hard

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentez comme vous le souhaitez, mais sans donner raison au point Godwin...