2 avr. 2014

Chez GDE, des syndicats soutiennent les patrons voyous

Alors que le site d'enfouissement de déchets de l'entreprise Guy Dauphin Environnement (GDE) à Nonant-le-Pin (Orne) est bloqué depuis son ouverture le 24 octobre dernier par un collectif de riverains forts d'une énorme dynamique de résistance locale, des salariés du site GDE de Rocquancourt (Calvados) manifestaient devant le Conseil Régional ce 02 avril afin de faire pression et faire débloquer le site ornais. Une action orchestrée par les patrons, à contre-courant de la raison ouvrière. Prenant notre courage à deux mains, nous sommes allés nous confronter à ces grévistes d'un genre très particulier.

Manifestation par la CFDT / CFE-CGC

Un syndicalisme à recycler

Au début on ne savait pas à quoi s'attendre. Notre pote Beubeu nous a juste envoyé un SMS nous disant « manif de GDE au CRBN, ils bloquent et n'ont pas l'air commodes avec leur gros camion ». Alors vous savez, à Racailles dès qu'on entend le mot manif on a tout de suite l'oreille en pointe et la queue qui frétille. A force de nous dire « chaud – chaud – chaud, le printemps sera chaud », nous on bouillonne grave ! Donc ni une ni deux, même pas le café avalé que nous voilà Bd Clemenceau à l'entrée du Conseil Régional de Basse Normandie (entrée du parc d'Ornano) avec des chasubles jaunes et oranges, des drapeaux syndicaux, les flics... Tout est en place, montons sur la barricade !
Sauf qu'on déchante vite-fait : les drapeaux sont ceux de la CFDT et de la CFE-CGC – et quand les cadres sont en force c'est qu'il y a un 'blème – et en guise de barricade il y a bien un gros camion vert floqué « G.D.E. » qui bloque l'entrée. Téméraires, nous sautons dans la foule carnet à la main et fleur au fusil. Qui interroger sans faire de délit de sale gueule ?! Allez au pif on s'avance vers un petit groupe.

« Bonjour, je suis de Racailles, qu'est-ce que vous faites-là ?
- Bah on est en grève et on est venu dire qu'on veut travailler. Parce qu'en France on a le droit de fermer des entreprises mais pas d'en ouvrir.
- Vous êtes de GDE Rocquancourt ? Tout le site est en grève ?
- Les gens qui sont avec la CGC et la CFDT. On est environ 60-70 sur... je sais pas moi... 200 peut-être. Il y a quelques semaines notre chef a appelé Laurent Beauvais [président de Région, NDLR] et comme il n'y a pas eu de suites et qu'on veut le déblocage de Nonant, on est venu directement. Ils font tous des beaux discours mais finalement ils préfèrent garder trois champs de pâquerettes plutôt que régler le problème du chômage. »
Y a pas à dire, on a là des radicaux mais pas écolos... Son voisin de la CFDT poursuit.
« Ils nous empêchent de travailler et d'embaucher. Nous ce qu'on souhaite c'est que la société puisse se développer. Le site à Nonant est prêt et on nous empêche de l'exploiter. C'est une honte, un scandale,.
- Mais il y a pourtant des démarches judiciaires toujours en cours et des...
- Non mais ça on s'en fout. Si le site a pu être fini et ouvrir c'est bien qu'il peut être exploité. Après, le tribunal et tout ça, moi j'y connais rien... Nous on est venu là pour soutenir notre chef et pour nos emplois.
- C'est qui votre chef ? Les leaders syndicaux ? La direction de GDE ?
- Ça je vais pas vous le dire. Vous avez déjà du bol que je vous réponde... Parce qu'ici on n'aime pas les journalistes.
- Mais moi c'est pour un journal de lutte.
- Bah si c'est pour des trucs écolos ou gauchistes, c'est encore plus mal barré et vous devriez grandement partir. De toute façon nous on aime notre entreprise et on ne veut pas parler car vous racontez que des conneries. A GDE il n'y a rien à se reprocher ».
Ça doit être pour ça qu'une partie des dirigeants de GDE, famille Dauphin en tête, ont la taule comme résidences secondaires !
 
manifestation au CRBN par des salariés de GDE

Le patronat marionnettiste

Sympa, non ?! On vous avez prévenu. On ne sait pas trop qui a été reçu en délégation par Yannick Soubien (2e vice-président EELV en charge de l'emploi et soutien des anti-GDE). Même le service de presse n'a pas trop su nous dire, à part que la rencontre a été « tendue ». Rien d'étonnant : on en a vu des mouvements, mais là c'était tout de même un peu puant comme ambiance et comme discours.

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que la direction fait monter ses salariés au créneau. Déjà le 24 janvier dernier, deux cars avaient été affrétés par l'entreprise afin d'amener les mêmes salariés manifester à Nonant-le-Pin et tenter le coup de force face au collectif et aux associations qui organisent le blocus de la décharge. L'événement avait été des plus tendus, avec « de nombreuses provocations et une volonté d'en découdre de leur part » comme nous l'avaient raconté les bloqueurs lors de notre visite sur place le lendemain. Déjà les chefs étaient à la manœuvre, se présentant en soit-disant délégués syndicaux ; déjà le chantage à l'emploi était l'unique argument ; et déjà les nombreuses dérives de GDE n'étaient pas reconnues. Depuis pourtant la justice a condamné l'entreprise pour avoir déversé des déchets illégaux durant les quelques heures d'ouverture du site en octobre dernier, donnant encore plus de légitimité au blocage citoyen !

En grève, mais avec les véhicules GDE !
On ne peut que regretter l'acharnement de certains syndicats qui se tirent une balle dans le pied par une vision productiviste, anti-écologique, nombriliste et court-termiste des choses, agissant comme certains de leurs camarades des filières nucléaires. Au sein de GDE ils pourraient à la place dénoncer par exemple les magouilles permanentes du groupe, s'opposer à leurs patrons, œuvrer pour faire entrer la fameuse transition écologique dans ce secteur du retraitement des déchets, et agir en faveur non seulement des salariés mais aussi des riverains autour de chacun de leurs sites. Mais là ils préfèrent se rouler dans la servitude volontaire au patronat.

Igmack Roscope

PS : depuis notre visite dans l'Orne on doit vous pondre un super dossier concernant la lutte à Nonant-le-Pin. Mais on est un peu branque et seul XX a bossé. Mais on va le faire ! D'autant plus que, d'après une source très proche du dossier comme on dit, un nouveau dossier d'analyses devrait très prochainement accélérer l'abandon de l'exploitation du site.

2 commentaires:

  1. Bravo pour votre article !
    Le Front de Résistance de l'Orne se fera un plaisir de répondre à toutes vos questions !
    https://www.facebook.com/norny.cestaussica

    RépondreSupprimer
  2. Oui, continuez d'informer à ce sujet. C'est important.
    On attend le dossier !

    RépondreSupprimer

Commentez comme vous le souhaitez, mais sans donner raison au point Godwin...