11 janv. 2015

Résolution 2015 : fuyez les soldes !

Comme tous les ans au mois de janvier, à peine l'année précédente refermée, les choses sérieuses recommencent : les soldes d'hiver débarquent, prêtes à pourfendre les porte-monnaies affaiblis par la fièvre consumériste qui court durant décembre. Maigrement revigorés par de récentes étrennes, la seconde salve risque bien, une fois de plus, d'être fatale pour l'épargne et la santé mentale – voire physique - de millions de Français.

Les soldes, c'est ce rite moderne qui étend Noël par-delà le Jour de l'An ; c'est ce culte de la Très Sainte Consommation, célébré même par ceux qui n'en ont pas les moyens ; c'est ce monstre du XXI° siècle qui n'a qu'une seule et unique antienne à la bouche : « pour bien commencer l'année, achetez, dépensez, c'est moins cher qu'hier ! ». Car après avoir terminé l'année les poches vides, le brave citoyen ne saurait en commencer une nouvelle d'une autre manière. Quelle bonne résolution pourrait être pire que celle de décider sciemment de ne pas y aller ? Aucune, vous répondrait Emmanuel Macron et sa clique de solfériniens déchaînés.

Endormi par ses excès de champagne, foie gras et autres pères Noël en chocolat, le gai consommateur ne s'aperçoit même pas que, depuis des années déjà, on lui vend pendant les soldes des articles à peine soldés. En vérité, il acquiert durant cette période des produits à un prix à peine décent, puisque le reste de l'année, le moindre caleçon lui coûte une somme loin d'être modique dans la plupart des échoppes. Les commerçants n'hésitent plus à hausser leurs prix en période normale, afin de proposer durant les jours de rabais des vêtements certes moins chers, mais chers tout de même vu les coûts de départ des marchandises. Marre de vos vieilles guenilles si 2014, de vos fripes même plus à la mode, de vos souquenilles d'un autre temps ? On liquide messieurs-dames, on liquide ! Et la moindre des civilités est de mettre la main au gousset, car la relance passera inévitablement par votre effort collectif et compulsif !
En ce début d'année 2015 cependant, les ouailles du libéralisme seront enfin sereines dans leur course effrénée à l'acquisition de biens et n'auront pas à rougir de leurs efforts dépensiers puisque le dimanche, à Caen et ailleurs, est décrété Jour du Consommateur. Le Parti Socialiste, avec Macron en porte-voix, nous l'a bien expliqué par le biais d'un projet de loi qui porte le nom du Ministre de l'Économie, une loi contre laquelle il serait malvenu de chipoter, car elle est décrite par le Présidenthimself comme un texte « de progrès et de liberté » conçu pour « créer et développer l'attractivité ». Crénom ! Pourquoi s'opposer si futilement à ce meilleur des mondes qu'on nous propose si gentiment, alors ? Défendre le dimanche, n'est-ce pas faire le jeu des intégristes chrétiens ?! Cette dernière question, ils ne l'ont pas posée, mais elle leur brûle indubitablement les lèvres puisqu'ils ne sont pas à un amalgame près pour défendre leur credo néo-libéral.


Le projet de loi Macron a eu pour effet, en tout cas, de décomplexer les commerçants de Caen et nos édiles locaux vu l'horrible affiche venue hanter les murs de notre capitale bas-normande. Sur ce placard, que voit-on ? En premier lieu, une invitation à consommer, et ce même le dimanche, ce qui semble apparaître comme un privilège, comme un acte génial pour les concepteurs de cette publicité (car il s'agit bel et bien d'une publicité).

Le dimanche, jour de la semaine censé être chômé pour permettre aux travailleurs de se reposer, de lire, de retrouver leurs proches, de réfléchir, en tout cas de vivre un peu hors de leur rythme, devient donc, peu à peu, un jour de travail et de consommation comme les autres, sous les yeux torves de centaines de personnes qui n'y trouvent rien à redire. Cette fois-ci, les soldes fournissent le prétexte, mais ne risque-t-on pas de les voir bientôt se normaliser, ces dimanches cauchemardesques, sans saveur, où les clients déferleront dans les boutiques, remplissant de nuées insupportables nos villes et nos campagnes ? Par ailleurs, les travailleurs du dimanche (puisqu'il faudra bien les appeler comme cela) seront-ils vraiment volontaires à la tâche ? Rien n'est moins sûr, compte tenu du manque de courage politique de nos dirigeants actuels et de l'excès de confiance dont jouissent les possédants d'aujourd'hui. 

On pourrait aussi disserter de longues heures sur l'iconographie choisie pour illustrer cette affiche de mauvais goût. Main dans la main, la Ville de Caen et ses Vitrines conjuguent ici la laideur des publicités bas de gamme et les clichés les plus éculés sur ce que doit être le consommateur du XXI° siècle qui (ne) se respecte (pas). On peut en effet y admirer un dessin représentant une jeune gourgandine à l'air un peu idiot, semblant jouir du seul fait de s'emparer des bonnes affaires qui s'offrent à elle par le pouvoir de ses cinq bras désarticulés. Cette image suffit donc à qualifier ce coup de communication, au mieux de grotesque et peu inspiré, au pire de misogyne et sexiste.

Ajoutons à cela la probable débandade urbaine qui jaillira de tous les recoins de la ville et le cauchemar devient complet. Sûr qu'il y aura des acheteurs, et parmi eux des blessés et des hystériques, voire bien pire que cela.



Sous leurs airs philanthropes, nos socialistes institutionnels usent et abusent des concepts de progrès et de liberté pour mieux faire passer une loi scélérate s'attaquant au temps libre dominical de chacun d'entre nous, travailleurs et consommateurs réunis. Nulle question religieuse ici, simplement une question humaine : quel modèle de société souhaitons-nous adopter pour notre avenir ? Sommes-nous condamnés à passer tout notre temps libre à dépenser de l'argent ou à en gagner davantage ?

Noweh

5 commentaires:

  1. Trois, deux, un, zéro. Les soldes sont déjà là. Promotions, réductions, …occupent les vitrines des magasins et des centres commerciaux. C’est le moment d’acheter à bon prix. Mais ce que nous achetons est-il réellement aussi bon marché ? Que se cache.t.il derrière ces vêtements et ces appareils électroniques ? Qui sont les gagnants et les perdants avec nos achats ? En réalité, ce qui semble bon marché revient souvent très cher...

    voir : http://2ccr.unblog.fr/2015/01/12/vive-les-soldes-et-les-prix-bas/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cet article intéressant qui complète la réflexion.
      Et je me permet d'en ajouter un: http://www.europe1.fr/consommation/soldes-les-clients-n-ont-pas-envie-de-consommer-2343895
      Apparemment, cet hiver, les Français ont la tête ailleurs...

      Noweh

      Supprimer
  2. Bonjour, dans le paragraphe à côté de la 2ème photo, remplacez le mot "ourse" par "course".

    Un correcteur dans l'âme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un article sur la zoophilie en préparation?

      Supprimer

Commentez comme vous le souhaitez, mais sans donner raison au point Godwin...