11 mai 2016

Caen contre le 49-3 : après les flics, les médias sortent les matraques

Trois chiffres suffisent à résumer cet inexorable glissement vers l'infâme opéré par ce gouvernement : 49.3. Ils constituent un coup de plus porté à tous les salariés, étudiants, chômeurs ou précaires en lutte depuis des semaines et tous ceux qui refusent ce monde où la loi du capital domine. 

« Travaille, consomme et ferme ta gueule »

Ainsi nous retiendrons que ce 10 mai, 80 ans après le Front populaire - permis par d'importants mouvements ouvriers et populaires -, un gouvernement qui se dit "socialiste" en aura liquidé l'héritage. Comment le fait-il ? Par la force, par le musellement d’une représentation nationale déjà à la peine, en s'asseyant encore un peu plus sur une démocratie bien mal en point. Ainsi il faudrait que nous voyions bafoué un des principes essentiels de l'esprit des Lumières, celui de la séparation des pouvoirs, et ce sans rien dire, sans protester, sans résister ? Sommes-nous si proche de l'abîme que le silence assourdissant de la résignation collective amène au sacrifie des fondements même des vestiges de la « République sociale » ? Au nom de quoi ? 

Aujourd'hui, quelle honte de voir ce qui est décidé en notre nom par cette oligarchie. Ça fout encore un peu plus la rage. Et il y a de quoi avoir la rage, avoir envie de faire son Lino Ventura et distribuer des paires de claques à ces fossoyeurs (préférez Jean-Claude Van Damme si la finesse n’est pas trop votre truc). Faisons de cette colère une force de résistance. Mieux, une force de conquête !

Action contre le PS à Caen

Cette colère déborde de toute part. Elle est si vaste qu’elle ne peut que s’exprimer en s’amplifiant depuis des mois, des années. Et malgré la sympathie d'un grand nombre de personnes et les efforts déployés pour le populariser, on peut parfois regretter que les grèves n’aient pas l'ampleur espérée, mais se réjouir que les Nuits Debout se constituent en forces de convergence et d’alternatives. Face à ces mouvements, combien d'appréciations lues et entendue ces dernières semaines lui reprochent d’être tantôt animés par des bisounours en manque de réalisme, tantôt d'être un rassemblement de fêtards ?

4 mai 2016

Comment faire la nique au grand capital à coups de fourchette


En attendant le grand soir, mangeons local et de saison

ou pourquoi consommer dans une AMAP ça fait du bien quand on rêve de changer la société (voire ça la change même un petit peu)


Raison n°1 : pour faire la nique à Carrefour, Leclerc, Auchan et au grand capital en s'approvisionnant dans des circuits alternatifs. Oh, cette incomparable satisfaction de savoir à qui iront nos deniers, un des seuls leviers qui nous restent à nous, humbles citoyens. Bien plus qu'un bulletin de vote, vous en conviendrez !
Car en AMAP (association pour le maintien d'une agriculture paysanne) pas d'intermédiaire entre celui qui fait pousser et celui qui mange. C'est pas toujours facile, bien moins que d'aller mettre un filet de tomates dans un caddie, ça c'est certain !
Et puis, relativisons la corvée du panier de légumes à cuisiner ou des courses à faire dans plusieurs endroits. Un mec intelligent m'a dit un jour que les actes vécus comme pénibles étaient relatifs et qu'un samedi de courses à Mondeville 2 avec les embouteillages, la queue à la caisse et le stress généré, ça valait bien un lavage ou un épluchage de topinambours (et oui, le topinambour est taquin).