2 janv. 2017

Haines, mensonges et bêtise sur les réseaux sociaux : ripostons ! Racailles crée la BRI, Brigade Réflexive d’Intervention

Marre de voir des flots de haine, de mensonges et de bêtise à longueur de commentaires sur les réseaux sociaux ? À Racailles, ça nous prend vraiment le chou. Alors on vous propose de créer une groupe afin d'y répondre intelligemment avec des commentaires-textes pré-rédigés et la force d'un groupe constitué pour alerter et répliquer à plusieurs. Explications.

Aujourd’hui, la généralisation des réseaux sociaux a créé un nouvel espace d’expression. Ce véritable espace public numérique donne à chacun la possibilité - ou tout du moins l’impression - de pouvoir exprimer ses opinions, ses coups de cœur, coups de gueule, et diffuser ses idées à qui voudra les entendre. C’est également un nouvel espace de diffusion de l’information pour les médias qui se retrouvent en interaction directe avec leurs lecteurs/auditeurs/téléspectateurs à travers les commentaires.

Cette rencontre crée malheureusement un écho parfois digne du brouhaha ou du défouloir. L’anonymat et l’interface de l’écran décuplent l’impression de pouvoir tout dire sans limites, sans règles, sans responsabilités ou sans conséquences, et la parole brute, irréfléchie, sensitive ou réactionnaire se libère des règles du respect, du fait constaté et de l’objectivation. Cette situation confère à chaque propos la puissance et l’intérêt qu’il n’a pas forcément. Elle met sur un pied d’égalité la démonstration raisonnée et la réaction épidermique, et donne surtout l’impression du nombre - pourtant non quantifiable - à celles et ceux qui cherchent avant tout à faire de leur avis une généralité. Ces espaces de commentaires font de la discussion de comptoir un mode d’expression commun. 


Ici la parole raciste et discriminante est reine. Là mensonges et complots deviennent vérité-véridiquement-vraie ! Partout règne le “tous pourris”, le “tous coupables”, le “tous contre moi”... C’est quotidiennement qu’on se retrouve le moral dans les chaussettes à se demander comment on peut agir face à ce déferlement incessant et faire entendre une autre voix. Cette liberté donnée à chacun de dire ce qu’il pense enterre trop souvent le débat d’idée et le politique sous des tas d'immondices. Cela concerne bien sûr les militants organisés de la fachosphère, mais bien au-delà ce sont aussi et surtout des gens qui expriment des peurs de paupérisation et de déclassement auxquelles ils pensent avoir trouvé des réponses dans les discours mensongers de l'extrême droite.

A contrario, cette situation a l’intérêt de nous faire percevoir la réalité de conscience de certains de nos contemporains. On peut y voir les conséquences de l’atomisation de la société et de l’individualisme épandus par le recul des droits, la guerre entre les plus pauvres et les précaires (les chômeurs contre les immigrés, les précaires contres les chômeurs, les classes dites “moyennes” contre tous ceux-ci réunis) résultat de l’abandon des consciences de classe et de nos incapacités à penser le monde collectivement. C’est aussi le résultat de grands et petits jeux politiciens qui ont détourné nombre d’esprits des intérêts démocratiques et du combat politique de fond. Et ces échecs ont permis aux idées nauséabondes de gagner du terrain, à la parole raciste et xénophobe de se diffuser, et en même temps à nos courants humanistes et universalistes, œuvrant pour la justice sociale et environnementale, d’être rejetés, stigmatisés et pointés du doigt comme entravant le petit intérêt de chacun. C’est l’aboutissement de la doctrine capitaliste qui fait croire qu’en fin de compte “il n’y a pas d’alternative”.

La bêtise et l’ignorance font un tel vacarme quand elles s’expriment… Face à cela, reprenons de la force et de la voix. Soyons, nous-aussi, actifs sur les réseaux sociaux et fiers de nos opinions ! Soyons nos propres porte-voix avec pour buts d’informer, d’argumenter, de rectifier et de convaincre. Répliquons avec notre arme la plus aiguisée : notre intelligence ! Répondons avec respect à celui qui insulte, avec humilité à celui qui exprime sa supériorité, et avec des chiffres aux vagues impressions et aux idées reçues.

A Racailles on vous propose de fonder une Brigade Réflexive d’Intervention, la B.R.I. ! 

Le principe ? 

Constituer un groupe actif sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc) afin d’apporter des éléments d’argumentation et d’objectivation sous les articles de la presse locale autour de sujets propices aux déferlements de haine et d’inepties. Il ne s’agit pas forcément de répondre à chaque commentaire et de s’enfermer dans un faux débat interminable et usant, mais de publier un commentaire riche, développé et argumenté renvoyant à des auteurs, des chiffres et des faits. 
Pour ce faire, les membres de la BRI pourront se constituer un corpus de commentaires types à utiliser lors de ces réponses. Ceci a l'intérêt de permettre à chacun de répondre sans passer trois heures à faire des recherches ! L’intérêt du réseau est également d’appeler les autres membres à contribuer à tel ou tel commentaire-réplique afin de faire nombre. Enfin, et surtout, nous pouvons influencer un débat d’idée, renverser un sondage et convaincre des citoyens. 

Si nous ne sommes pas actifs et présents, nous n’existons pas, et il en va de même pour nos idées. Si nous voulons déplacer le centre de gravité du débat - se rapprochant depuis trop longtemps de l’extrême-droite - nous devons agir et reconquérir l’hégémonie des idées.


Pour participer, envoie un petit mail à :
bri@racailles.info !

Nous commencerons dans les prochains jours à constituer le corpus de commentaires. La participation de chacun est indispensable pour faire vivre cette démarche, tant dans sa construction que son application !

La rédac de Racailles

1 commentaire:

  1. Cette idée est géniale!
    Oui, bien sûr, pour argumenter "juste" il faut raisonner sur du concret et donc être capable de conduire les gens à la source des faits et des chiffres utilisés... Mais cela ne fait pas tout: il faut aussi démonter mot à mot toutes les publications "généralistes" qui bien souvent sont de pures merveilles (!) de rhétorique manipulatoires: Elles agissent d'abord sur les émotions du lecteur, qui tombe dans le panneau et donc, tombe d'accord avec des propos souvent du genre "loi du Talion"...sans avoir pris le recul nécessaire...
    Alors oui, chiffres ou non, il faut avant tout amener les gens à s’entraîner à ne pas laisser leurs émotions prendre le gouvernail de leur machine à penser !
    Les convaincre de s'entraîner à douter, à décortiquer, à prendre du recul... car c'est vraiment nécessaire d'être vigilent, chacun, dans sa tête, pour déjouer les pièges d'un langage de plus en plus vide de sens et plein de peurs et de haines....

    RépondreSupprimer

Commentez comme vous le souhaitez, mais sans donner raison au point Godwin...