9 juil. 2017

Délit d'entrave à l'IVG : un pas en avant, trois bonds en arrière !

A peine les obsèques nationales de Simone Veil achevées, les groupes anti-avortement reprenaient leurs saloperies afin de faire prospérer leurs idées fumeuses, mensongères et rétrogrades. « Simone » partie, le combat continue plus que jamais !

L'entrave à l'IVG est un délit sur internet aussi !

En début d’année, on se disait qu’il y a des combats justes et des victoires qui font du bien. La promulgation de la loi relative à l’extension du délit d’entrave numérique à l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) en mars dernier en est une ! On ne vous apprend rien, le Net est devenu LA nouvelle place publique et ce qu’on y voit peut être génial et motivant, comme ça peut être le pire de l'espèce humaine. Et on en sait quelque chose à Racailles, vu qu’on essaye de combattre la connerie tous les jours (voir ICI).
Cette victoire du délit d’entrave numérique à l’IVG a été arrachée après 5h30 de discussions, 76 amendements, dont 53 de Jacques Bompard à lui tout seul. Ah, Jacques Bompard... La Ligue du Sud, facho parmi les fachos, blanc, catho, père de 5 enfants, dont 2 qui sont ses assistants parlementaires, tiens tiens… Bompard qui fait de la politique depuis 30 ans, un des membres fondateurs du FHaine, qu’il a quitté pour rejoindre le mouvement pour la France. Bref, un vieux schnock de 74 ans, qui ferait mieux de s’occuper de sa prostate que de nos utérus !! Les réactionnaires ne sont pas uniquement des hommes, à lire par exemple l’éditorial crasseux signé à l’époque par Jeanne Emmanuelle Hutin dans le journal Ouest France - dont elle est l’héritière - qui crie à l'atteinte à la liberté d'expression : « la Déclaration des droits de l'homme risque de subir un sérieux coup de boutoir et, avec lui, nos libertés fondamentales ». Tellement secondaire cette liberté des femmes à disposer de leur corps...

Alors pourquoi je vous parle de tout ça aujourd’hui ? Et bien, je vais un peu vous parler de ma vie : j’ai une amie qui est enceinte et cette amie a décidé d’avorter. Pour qui, pourquoi, peu importe. Pour l’aider, je suis à la recherche d’une info claire et objective pour savoir quoi faire. Et là, enfer et damnation !! Passé la 1ère référence de Google - le site du gouvernement ivg.social-sante.gouv.fr - le reste des résultats proposés n’est qu’un ramassis de sites pro-vie !! Et encore, le site du gouvernement est remonté en tête de liste depuis peu de temps grâce à une forte mobilisation, notamment des assos féministes !!