22 sept. 2017

Cinq raisons qui vous obligent à manifester contre l’EPR samedi 30 septembre à Saint Lô !

Cher, dangereux, inutile : le réacteur EPR doit être abandonné, tout comme l’ensemble de la filière nucléaire française ! C’est dans ce sens que se tiendra une mobilisation le samedi 30 septembre à Saint-Lô à l’appel Collectif Anti-Nucléaire de l’Ouest (le CAN), soutenu par Stop-EPR, le CRILAN, Sortir du Nucléaire, Attac, le NPA,...


La décision de prolonger le décret d’autorisation du chantier de l’EPR à Flamanville, malgré les défauts rédhibitoires de la cuve et du couvercle, est éminemment politique. En prenant cette décision, le gouvernement prend le risque d’une catastrophe en France du niveau de Fukushima dès la mise en service de l’EPR. C’est pourquoi le Collectif Anti-Nucléaire Ouest a pris l’initiative d’organiser cette manifestation en direction de la Préfecture de la Manche. Pour plus d’informations, allez faire un tour sur le site du CAN-Ouest !
Comme il y a toujours des sceptiques, du genre à ne pas savoir qu’entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence, à la rédac de Racailles on s’est demandé quelles pouvaient être cinq des (nombreuses) bonnes raisons de participer à cette manif.

1ère raison - L'EPR et le nucléaire, ça coûte hyper cher !

L’EPR, c’est au moins 6 ans de retard et plus de 7 milliards d’euros de dépassement budgétaire. Il serait peut-être temps d'arrêter de jouer avec la vie et le pognon des citoyens ! D’ailleurs, l’ensemble du nucléaire plombe les finances publiques et amputent les caisses de l’État de dizaines de milliards d'investissements qui pourraient être utilisés pour développer des énergies plus propres, plus soutenables et surtout renouvelables. Et pour moins cher !
Car si le nucléaire est le plus "rentable" nous dit-on, c'est parce qu'on ne regarde que la partie émergée de l'iceberg. Si on prend l'ensemble de la chaîne, de l'extraction au "'''retraitement""" ainsi que le coût présent et à venir des infrastructures, ce n'est pas vrai : le nucléaire est un gouffre financier abyssal ! Regardez l'envolée du coût de ce seul EPR. Regardez les centaines de milliards que coûtera le démantèlement des centrales. Regardez le coût des boursicotages d’AREVA. Regardez le coût de la “dépollution” des zones irradiées (comme La Hague chez nous). Et que dire des coûts non financiers, humains et environnementaux ? Du néocolonialisme d'AREVA et consorts dans les pays d'extraction des minerais, dans une opacité totale et mafieuse. Vouloir en finir avec le nucléaire c'est certes s’opposer à cette facture. C'est surtout faire le choix de prendre aujourd'hui les décisions qui s'imposeront à nous demain quoi qu'il arrive.

2ème raison - L’EPR, c’est des malfaçons à gogo

Elles sont le plus souvent camouflées par EDF et AREVA. C’est le cas de la cuve principale du réacteur. dont ils n'ont informé l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) des gros défauts de structure qu'en 2015 alors qu'ils étaient connus depuis... 2006 ! Et ce n’est pas un détail : avec de l'eau à haute pression (plus de 320°C) et surtout du combustible en fusion, la cuve est une pièce cruciale et doit être INCASSABLE ! Or, certaines parties ont été forgées selon un procédé inapproprié et des fissures pourraient apparaître. Un détail… Et le fiasco ne refroidit pas les nucléocrates : Hervé Morin, Président de la Région Normandie, vient même d’annoncer être tout à fait favorable à l’implantation d’un deuxième EPR !!!
Plus globalement, c’est au quotidien, comme le relate Sortir du Nucléaire, que les défauts de sûreté sont constatés dans les centrales françaises.

3ème raison - L’EPR, c’est des conditions de travail déplorables

Le chantier de l’EPR c’est - à ce jour - deux ouvriers décédés en 2011, 112 accidents du travail non déclarés sur un total de 377 recensés en 2010, 460 ouvriers étrangers exploités, privés de leurs droits sociaux et menacés par deux entreprises sous traitantes de Bouyges. C’est aussi 8 à 10 millions d'euros escroqués à l'URSSAF par défaut de paiement des cotisations sociales. 

4ème raison - Le nucléaire, c’est pas propre du tout ! 

Arrêtons de faire croire que le nucléaire est propre ! Il est le fruit d'une exploitation minière et de traitements chimiques colossaux. Et dont on ne sait que faire non seulement des déchets ultimes - pire héritage de l'humanité à des milliers de générations futures dont l’enfouissement à Bure est digne de l’inconscience incarnée - mais aussi à bien plus court terme de l'ensemble des installations dont on ne sait toujours pas réaliser efficacement le démantèlement. Même le “retraitement” (qui laisse tout de même des déchet ultimes) est crado : le site de La Hague est la plus grande réserve radioactive nucléaire de la planète !

5ème raison - Le nucléaire empêche de développer le renouvelable.

Le nucléaire, dont le choix pour la France remonte aux années 50, est toujours resté sous la main-mise technocratique de la toute-puissante École des Mines. Jamais il n’y a eu de place pour le moindre questionnement démocratique ou pour des alternatives ! Résultat, l’atome est ultra-majoritaire dans la production française d'énergie. Environ 75% de notre électricité est nucléaire, alors que le renouvelable pèse difficilement 18 à 20% (en grande partie grâce à nos vieux barrages). Et comme c’est pas propre (voir raison n°4), il serait temps d’arrêter les conneries et de changer tout ça ! D’ailleurs les emplois ne seraient absolument pas menacés par la transition vu qu'il faudrait toujours des travailleurs pour à la fois démanteler le parc de centrales et pour faire fonctionner les énergies renouvelables. La France n’a plus que treize ans pour atteindre l’objectif de 40 % de sa consommation électrique issue des énergies vertes, tel que l’ambitionne la dernière loi de transition énergétique.

Natacha Polonium et Eric Becquerel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentez comme vous le souhaitez, mais sans donner raison au point Godwin...