25 nov. 2018

Black friday et yellow saturday à Mondeville !

Ce samedi 24 novembre, les Gilets Jaunes poursuivaient le mouvement pour le huitième jour consécutif. Objectifs du jour : le blocage d'une partie de l'économie à travers les grands centre commerciaux péri-urbains. A Caen, les manifestants se sont dirigés vers Mondeville 2 et Mondevillage, avec un succès époustouflant ! Témoignage de l'action par un membre de l'équipe de Racailles. 


Avec 80 "gilets jaunes", on a réussi à faire fermer Carrefour Mondeville 2 en criant "Le rideau ! le rideau !" devant l'entrée, puis la galerie marchande, Conforama, McDo, KFC, Norauto, Buffalo Grill, et pas mal d'autres resto de la zone. Ils fermaient tous rien qu'à nous voir arriver, c'était hallucinant !

14 nov. 2018

« Salauds de pauvres ! » - Que penser du 17 novembre ?

article diffusé dans Racailles Radio du 9 novembre 2018

C'est par ces mots que nous pourrions résumer la mobilisation annoncée ce 17 novembre : 
Les émissions de gaz à effet de serre dérèglent le climat, les espèces animales et végétales disparaissent, les émissions de particules fines sont responsables de milliers de morts par an et... de gros beaufs sont prêts à bloquer la France pour défendre leur droit à polluer. Où étaient-elles toutes ces casaques jaunes fluo lorsque le code du travail était attaqué ? Lorsque nos conquêtes sociales étaient bradées ? Lorsque les cheminots défendaient le chemin de fer français ? Elles faisaient le plein de leur machine à polluer.  
Voici ce qu'on pourrait dire sur le 17 novembre. Ce serait un peu court...


D'abord, l'automobiliste est-il responsable du réchauffement climatique ? D'une manière infime, oui. Les 15 plus gros méga-conteneurs de la planète polluent autant que l'ensemble du parc automobile de la planète. Je ne dis pas autant que l'ensemble des bagnoles du périph' caennais le jour de la mise en service des feux tricolores au carrefour de la Côte de Nacre. Je ne dis pas autant que celui de Normandie, de France, d'Europe. Je dis autant que le parc automobile de la planète.

4 oct. 2018

Sauvons l’Aquarius et le sauvetage en mer !

Nous nous joignons à SOS MEDITERRANEE qui appelle à une mobilisation à l’échelle européenne, afin de demander à tous les États d'Europe : 
  • de prendre toutes les mesures nécessaires pour permettre à l’Aquarius de reprendre sa mission de sauvetage le plus rapidement possible ;
  • de faire respecter le devoir d'assistance aux personnes en détresse en mer ; 
  • d’assumer leurs responsabilités étatiques en établissant un véritable modèle de sauvetage en Méditerranée. 

Nous appelons tous les soutiens à descendre dans la rue 

samedi 6 octobre 2018 
à 13 heures
place Pierre Bouchard à CAEN

afin de soutenir les valeurs d’humanité portées par SOS MEDITERRANEE. 

Liste des signataires : Caen l'Insoumise – CGT Acséa - CGT EPSM Caen - La Cimade - Citoyens d'abord Côte de Nacre - Collectif d'Aide aux Migrants de Ouistreham (CAMO) – Collectif Alternative Libertaire du Pays d'Auge (CALPA) – Collectif Saint-Lois d'Aide aux Migrants – École Nomade – Ensemble 14-61 – PCF 14 – PG 14 – Racailles, média des luttes et des alternatives – Rassemblement Humain pour les Migrants et les Réfugiés – Solidaires 14 – Sud éducation 14.

1 oct. 2018

Livreurs à vélo : la précarité sous couvert de liberté

Avec une rapidité étonnante, les entreprises de livraison à vélo à domicile se sont multipliées dans les villes françaises. Nouveaux symboles de l'ubérisation galopante, elles recrutent à tour de bras des jeunes en quête d'un job d'apparence agréable et rémunérateur. D'apparence seulement... Depuis quelques mois, Caen n'échappe pas au phénomène. Tour d'horizon des enjeux de cette nouvelle façon d'appréhender le travail et la société.


Leurs revendications ont été quelque peu éclipsées par l'omniprésence médiatique de la Coupe du monde de football, mais l'information a peut-être tout de même réussi à se glisser jusqu'à vous : le Collectif des Livreurs Autonomes Parisiens (le Clap) appelait à la mobilisation des coursiers des principales plateformes de livraison pour la semaine des phases finales, mi-juillet. Fait symptomatique de l'atomisation de ces nouveaux travailleurs, les initiateurs du mouvement n'ont pas réussi à rassembler nombre de coursiers. Dans le même temps, les téléspectateurs faisaient bondir les commandes, délivrées à domicile par UberEats, Stuart et autre Deliveroo. Au chapitre des revendications figurait pourtant la lutte contre la précarisation, notamment par l'instauration d'une tarification horaire minimum garantie et de différents « bonus pénibilité », mais aussi une critique de l'attitude jugée trop conciliante du Gouvernement vis-à-vis des plateformes.

8 sept. 2018

« Quand tu cherches du travail, tu trouves »

Il paraît même que « quand tu cherches vraiment du travail, tu en trouves ».
Hier, quand j’ai ouvert ma boîte aux lettres, j’y ai seulement trouvé une lettre. Énième réponse négative.
J’en fais la collection.


Intéressant de voir comment les services Ressources Humaines (sic) excellent dans l’offre de lettres personnalisées qui vous font réaliser que vous n’êtes pas qu’un numéro de dossier.
Une fois l’enveloppe décachetée, la lettre dépliée, la première chose qui vous saute aux yeux, ce sont les beaux logos colorés apposés fièrement en tête de page, bien identifiables, dominant de toute leur hauteur le corps de la lettre.

3 sept. 2018

Ces 400 élèves handicapés délaissés par l’Éducation Nationale dans le Calvados

Elise a 30 ans. Depuis trois ans elle est AESH. Encore un sigle. Ça veut dire Accompagnante d’élève en situation de handicap. Elle fait partie de ces petites mains de l’Éducation Nationale dont on ne parle guère mais qui sont indispensables pour assurer le bon déroulement de la scolarité de bon nombre d’élèves handicapés. Et qui dit petites mains dit souvent précarité. Elle témoigne.


AESH, c’est un beau métier. Nous permettons chaque jour à des milliers d’élèves handicapés d’être accueillis à l’école comme les autres, de la maternelle aux études supérieures. Depuis la loi du 11 février 2005 sur l’égalité des droits et des chances des personnes handicapées, de plus en plus d’enfants sont accompagnés par des AESH avec parfois des handicaps très lourds à gérer.

20 juin 2018

La dictature au top des tendances printemps-été

Édito diffusé dans Racailles Radio du 8 juin 2018

Une colossale plaisanterie a secoué le monde en ce début juin. L’auteur : Donald Trump comme il se doit. Devant la possibilité de se retrouver directement mis en cause par le Procureur spécial chargé d’enquêter sur ses liens avec la Russie pendant la campagne électorale, Trump, en un tweet forcément, a brandi l’idée qu’il pourrait s’auto-grâcier. Une sorte d’aveu de culpabilité penseraient les mauvais esprits.


Le rire est vite devenu jaune

Il est capable d’utiliser le droit de grâce présidentielle pour lui-même. Que se passerait-il dans ce cas ? Personne ne peut répondre à cette question. L’auto-grâce d’un président en exercice représente la pointe avancée d’un iceberg menaçant : la tendance générale à des formes de dictature. Les gouvernants semblent se situer au-dessus des lois en piétinant allègrement les libertés démocratiques. Trump n’est pas seul, il est plutôt bien entouré. Regardons autour de nous. Les gouvernements des pays d’Europe de l’Est en font la démonstration tous les jours. Mais c’est surtout l’Italie qui raconte notre avenir. On parle de « populisme » pour unir dans une même enveloppe le mouvement 5 étoiles et la Ligue (ex "du Nord") comme bien d’autres mouvements politiques. Ce qualificatif non défini cache une réalité plus prosaïque et plus tragique : les développements d’une forme de fascisme. Pas celle des années 1930 bien sur. Ce fascisme là s’habille des guenilles de la démocratie, démocratie qui subit une crise politique profonde qui se traduit par la montée inexorable de l’abstention.

22 avr. 2018

Après avoir lu cet article, vous saurez ce qu'on vous cache : le complot chemino-maçonnique et les chemtrains

Vous avez déjà entendu parler des chemtrails ?! Ce sont les traînées blanches que font les avions à 10 000 mètres d’altitude pour intoxiquer l'humanité. Pour ceux qui y croient, je vous le dis tout net : laissez tomber, c'est de la glace ! Et surtout, c'est du complotisme 1er âge !! Fini l'ordi mini, on passe à la 4G ! Alors, jeunes crédules, ouvrez bien vos oreilles. Je vous propose du complot de grand étage ! A côté, les Illuminati c'est une confrérie de bouffeurs de tripes.


Connaissez-vous les chemtrains ? Ce sont ces petits train qui laissent des traces derrière eux et qui hypnotisent insidieusement les voyageurs pour leur faire préférer le train alors que c'est lent, bruyant, inconfortable, en retard, jamais à l’heure, ça ne respecte pas les horaires et ça manque de ponctualité. Pourquoi font-ils cela ? Et surtout que sont ces traces ?

17 avr. 2018

Ils ont les milliards, nous sommes des millions : CONVERGEONS !

Transports, éducation, santé, social, collectivités territoriales, grande distribution, énergie, nettoyage, finances publiques, chômeurs.euses, retraité-e-s, migrant.e.s... Sans parler de toutes ces luttes locales que les grands médias ne relaient évidemment pas. Ça bouge en France en ce moment ! Mais ça ne converge pas encore. Que manque-t-il à ces batailles pour se rejoindre ? Quel est le point commun entre toutes ces luttes ? La thune !


Et si, finalement, c'était aussi simple que ça ?! 
Le nerf de la guerre ne se nomme pas ainsi pour rien. Bien sûr, certaines choses n'ont pas de prix. L'argent n'assure pas le bonheur, mais son absence totale provoque inévitablement le malheur. 
Car tout a un prix. 
Tout ? 
Non, car d'irréductibles droits résistent encore et toujours à l'envahisseur... du moins pour l'instant ! On les appelle de leur nom gaulois : "Services Publix" !
Pourtant même dans ces milieux protégés, la pression se fait de plus en plus forte. Les conditions de travail et la qualité du service se dégradent à mesure que les coupes budgétaires augmentent :

13 avr. 2018

Bye Bail (la dernière séance) - La repriz à Clément #4

Cette semaine, c'est Romain Bail - encore un peu maire de Ouistreham et surtout condamné en première instance à un an de prison avec sursis - qui est la vedette de cette repriz'.


2 avr. 2018

Annulation de la mort du Président du Groland, Christophe Salengro [PETITION]

Nous venons d'apprendre la mort du Président de la Présipauté du Groland, Christophe Salengro.


Cette mort n'est pas acceptable et doit être annulée. Elle va à l'encontre du serment fait par de nombreux citoyens : "Je mourrirai pour toi".
Cette mort risque de déstabiliser les relations internationales en créant une crise d'une grande gravité dans la Présipauté du Groland, et donc, au-delà, sur le territoire des pays frontaliers du Groland.
Au nom de la paix mondiale, proposons un échange à La Mort.

Aussi nous appelons les chefs d’état des autres pays du monde à prendre leur responsabilité, ceci en proposant leur sacrifice ultime.

Que vive la Paix, vive le Groland et son Président !
Banzaï !


La rédac' de Racailles

25 mars 2018

Lactalis vient de tuer not’ camembert au lait cru !

Nom di diou d’nom di diou, les Ripâopaées* ! Mon cœur de paysan et mon estomac de gour(nor)mand sont accabassaés ! Un accord du 21 février dernier vient de sonner le glas de ce bon vieux « camembert au lait cru moulé à la louche » ! Quoi ? Ils osent toucher au camembert ?!


Depuis 2008, le camembert était au centre d'une véritable guerre concernant son appellation. En effet, ça fait dix ans que coexistent deux types de fromages. D'un côté, un camembert AOP (Appellation d’Origine Protégée), c'est à dire un fromage au lait cru, moulé à la louche, produit en Normandie avec au moins 50% de vaches Normandes qui pâturent au moins six mois dans l'année. Celui-ci, ça représente 5 500 tonnes produites et vendues par an. De l'autre, on a un fromage dit « Camembert fabriqué en Normandie » qui n'a aucune contrainte : pasteurisé, produit avec du lait pouvant provenir des régions voisines, avec des vaches pas forcément Normandes, qui ne pâturent pas, donc nourries principalement avec de l'ensilage de maïs. La seule contrainte à respecter, c’est de le fabriquer en Normandie... Le produit rêvé de l’industrie : 60 000 tonnes de ce soit-disant fromage sont produites par an, onze fois plus que l’AOP.

22 mars 2018

Quand la rentabilité écrase la dignité (et la santé)

Le soin, ça concerne le monde. Vous, un parent, un.e ami.e, un.e voisin.e, un.e collègue, on est forcément susceptible de passer un jour ou l'autre à l'hosto ou d'avoir besoin de soins à domicile, d'intégrer un établissement médial ou social. Et c'est partout que la qualité de service n'est plus la priorité des financiers et comptables aux manettes. J'en ai fait l'expérience, avec amertume et colère.


Aujourd’hui, pour l’instant, ça va…
Aujourd’hui, elle se lève. Comme tous les jours. A 6h30.
Elle a ses petits rituels pour le lever. Elle me les répète souvent. Mais, comme souvent, aussi, j’ai tendance à l’écouter d’une oreille lointaine.
Quand j’étais petit, j’adorais aller dans sa chambre lorsqu’elle avait quitté Oissel, une petite ville près de Rouen, pour venir habiter près de chez moi, dans l'Orne. Avant, j’avais pas trop le droit d'y pénétrer dans sa chambre. Mais c’est parce que, là, j’étais tout petit. J’aimais bien regarder comme son lit était toujours impeccablement fait, la table de chevet toujours bien rangée avec la photo de son mariage au plus près d’elle pour dormir.
Aujourd’hui elle est seule et, des fois, on voit que c’est pesant pour elle. Elle rythme ses journées des mêmes gestes quotidiens, avec la télé en sourdine. Bien sûr, elle aimerait pouvoir ne pas avoir mal un peu partout mais, au fond… au fond d’elle, elle le sait, elle est chanceuse car elle a encore toute sa tête. Elle peut encore faire sa toilette toute seule.

2 mars 2018

Végans et antispécistes : les causes animales en question(s)

La consommation de viande dans le monde explose. Cette évolution des habitudes alimentaires, notamment en Asie, ne va pas dans le sens des rapports alarmants sur les conséquences environnementales de l'élevage intensif. En France, la tendance est plutôt à la baisse depuis la fin des années 1990 (sauf la consommation de volaille). Au-delà des aspects économiques et écologiques, des voix s'élèvent aujourd'hui sur la place publique pour remettre en question le rapport de l'Homme à l'animal. Plongée dans l’univers de l’animalisme et du véganisme avec leurs expressions normandes. 


Les végans s'insurgent contre l'exploitation des animaux par les humains, autant dans l'optique de la consommation que dans un usage « récréatif » (cirques, tourisme, etc). Les vidéos choc des abattoirs, occasionnellement diffusées par l’association L214, alimentent ce nouveau débat enflammé. Chacun à son mot à dire dans cette réflexion sociétale qui s'apparente souvent au premier abord à un pugilat avec des militants radicaux. Pourtant, le véganisme introduit des questions fondamentales, autant sur notre consommation que sur notre rapport au monde. A Caen, la lutte contre l'exploitation des animaux se retrouve sous différentes formes, notamment dans les actions du collectif PANTER ou la sensibilisation de L214 et ses fameux coupe-vents oranges.

Ni viande, ni poisson, ni œufs, ni miel ou aucun cuir animal, la consommation des végans remet en question toutes nos habitudes alimentaires et vestimentaires. Souvent accusés de prôner une vision radicale, loin des traditions, et d'utiliser abusivement la culpabilisation, les végans attirent les critiques. « Nous ne sommes pas les membres d'une secte radicale qui se retrouvent pour faire des prières devant un brocoli géant » plaisante Léo Le Ster, responsable de la nouvelle antenne L214 à Caen. 
L214, c'est cette association qui agit pour la défense des droits des animaux et qui regrouperait environ 30 000 adhérents répartis dans toute la France. Baptisée ainsi en référence à l'article éponyme du code rural de 1976 qui désignait pour la première fois les animaux comme des êtres sensibles, on les connaît essentiellement au travers de leurs vidéos chocs tournées dans des abattoirs, ou plus récemment dans des élevages de lapins (pour leur fourrure).

18 févr. 2018

Ma conversion religieuse au pastafarisme

Marx voyait la religion comme "l'opium du peuple". A croire qu'il n'était pas assez nouille pour se poser les vraies questions et ouvrir son cœur à la sainte foi, celle envers le Monstre en Spaghetti Volant.

Comme toute personne perdue, sans point de repère, il m’a fallu trouver une solution pour m’en sortir, et enfin avoir l’espoir - par mes prières et mes croyances - que le monde change. Il est évident, comme vous le savez toutes et tous, que celui-ci ne changera pas par nos combats de tous les jours, il vaut mieux ne rien faire et attendre comme un con en priant !

13 févr. 2018

4L Trophy, le colonialisme en roue libre !

L’autre nuit, au hasard d’une insomnie sur une chaîne câblée de seconde zone, je suis tombé sur un reportage qui parlait du 4L Trophy. Et ces derniers jours, c’est la presse écrite locale qui rempile, comme chaque année, sur les portraits des concurrent.e.s, aventuriers.ères des « temps modernes », ceux où la conquête technique se doublait de conquête territoriale sur des peuples indigènes. Bref, de quoi revoir nos fondamentaux colonialistes !


Rien à voir mais mon histoire commence un mardi, où j’ai croisé le reporter de la troisième chaîne régionale qui revenait de Livarot où avait lieu la course... Paris–Camembert ! Oui, Paris–Camembert se termine à Livarot. C’est comme ça de nos jours. Bientôt les 24h du Mans se dérouleront à Chartres et le Paris-Dakar ne commencera pas à Paris et ne finira pas à Dakar puisqu’il aura lieu en Amérique du Sud. Mais ça, c’est le cas depuis 2009 après qu’il ait dû être annulé l’année précédente pour cause de Quai d’Orsay qui annonce qu’il faut pas y aller, qu’y a des terroristes de partout au Mali, aux abords du Niger et que tout ce qui ressemble de près ou de loin à un Occidental recevra dans la carcasse de quoi refiler le saturnisme à sa famille sur à peu près 18 générations. Pas grave ! Il y a encore pas mal de continents sous-développés à utiliser comme terrains de jeu, comme le faisait remarquer Renaud avant de mourir dans d’affreuses souffrances… pour nos oreilles.