4 oct. 2018

Sauvons l’Aquarius et le sauvetage en mer !

Nous nous joignons à SOS MEDITERRANEE qui appelle à une mobilisation à l’échelle européenne, afin de demander à tous les États d'Europe : 
  • de prendre toutes les mesures nécessaires pour permettre à l’Aquarius de reprendre sa mission de sauvetage le plus rapidement possible ;
  • de faire respecter le devoir d'assistance aux personnes en détresse en mer ; 
  • d’assumer leurs responsabilités étatiques en établissant un véritable modèle de sauvetage en Méditerranée. 

Nous appelons tous les soutiens à descendre dans la rue 

samedi 6 octobre 2018 
à 13 heures
place Pierre Bouchard à CAEN

afin de soutenir les valeurs d’humanité portées par SOS MEDITERRANEE. 

Liste des signataires : Caen l'Insoumise – CGT Acséa - CGT EPSM Caen - La Cimade - Citoyens d'abord Côte de Nacre - Collectif d'Aide aux Migrants de Ouistreham (CAMO) – Collectif Alternative Libertaire du Pays d'Auge (CALPA) – Collectif Saint-Lois d'Aide aux Migrants – École Nomade – Ensemble 14-61 – PCF 14 – PG 14 – Racailles, média des luttes et des alternatives – Rassemblement Humain pour les Migrants et les Réfugiés – Solidaires 14 – Sud éducation 14.

1 oct. 2018

Livreurs à vélo : la précarité sous couvert de liberté

Avec une rapidité étonnante, les entreprises de livraison à vélo à domicile se sont multipliées dans les villes françaises. Nouveaux symboles de l'ubérisation galopante, elles recrutent à tour de bras des jeunes en quête d'un job d'apparence agréable et rémunérateur. D'apparence seulement... Depuis quelques mois, Caen n'échappe pas au phénomène. Tour d'horizon des enjeux de cette nouvelle façon d'appréhender le travail et la société.


Leurs revendications ont été quelque peu éclipsées par l'omniprésence médiatique de la Coupe du monde de football, mais l'information a peut-être tout de même réussi à se glisser jusqu'à vous : le Collectif des Livreurs Autonomes Parisiens (le Clap) appelait à la mobilisation des coursiers des principales plateformes de livraison pour la semaine des phases finales, mi-juillet. Fait symptomatique de l'atomisation de ces nouveaux travailleurs, les initiateurs du mouvement n'ont pas réussi à rassembler nombre de coursiers. Dans le même temps, les téléspectateurs faisaient bondir les commandes, délivrées à domicile par UberEats, Stuart et autre Deliveroo. Au chapitre des revendications figurait pourtant la lutte contre la précarisation, notamment par l'instauration d'une tarification horaire minimum garantie et de différents « bonus pénibilité », mais aussi une critique de l'attitude jugée trop conciliante du Gouvernement vis-à-vis des plateformes.