17 janv. 2019

Victoire de la démocratie : le gouvernement publie les résultats du Grand Débat National 10 minutes avant qu'il ne commence

Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, l'aurait annoncé mardi 15 janvier : l'exécutif était heureux d'avoir permis « une grande victoire pour la démocratie » en dévoilant - pour des raison de transparences - les résultats du Grand Débat national plus de 10 minutes avant que celui-ci n’ait commencé.


Mardi 15 janvier 2019 - 10 h - perron de Matignon

La nouvelle qui allait bouleverser nos institutions et faire trembler les plus frileux et radicaux opposants et autres sceptiques de la politique gouvernementale fut annoncée d'un bloc. C'est sur le perron de l'Hôtel Matignon, que Benjamin Griveaux a décliné la nouvelle, ainsi qu'en simultané sur son compte Twitter et celui du gouvernement (les deux comptes ne sont pas gérés par le même Community Manager que celui du président de la République dans un souci éthique, de transparence et de pluralisme politique chers à nos concitoyens et gages de démocratie - NDLR). Les résultats du grand débat national seraient publiés dans l'instant, soit 10 minutes environ avant qu'il n’ait commencé : « c'est une grande victoire pour la démocratie » a indiqué le porte-parole du gouvernement. 


Un algorithme pour un projeeeet

C'est grâce à un algorithme précis et sophistiqué ayant déjà servi pour Parcoursup' - garant de l'avenir post-bac des lycéens - que les résultats ont été obtenus. En combinant les revendications des cahiers de doléances remontés vers l'Elysée dans quelques jours avec les commentaires des pages Facebook des Gilets Jaunes, le gouvernement a ainsi pu établir avec précision les arguments du peuple et donner une orientation au débat. 
C'est ce qui explique aussi le profil de la lettre d'Emmanuel Macron rédigée en synthétisant ces même arguments dans le but de répondre à tous. « C'est ainsi que le président ordonne de transformer les colères en solutions » a précisé Griveaux. 

Plusieurs mesures ont déjà été dévoilées. Le président avait annoncé qu’aucune question ne serait tabous et a donc préféré présélectionner 33 questions pour aider les français à choisir les bonnes réponses. Point principal déjà communiqué : les français ont choisi de ne pas revenir sur l’abandon de l’impôt sur la fortune (ISF) comme le président  l’avait commandé. Entre « ceux qui font bien et ceux qui déconnent », les efforts ne manquent pas pour ceux qui en ont le goût.
Reste maintenant aux Français de préparer leurs arguments en se rendant sur le site du Médef pour faire avancer ledit « débat » et sortir grandis de cette crise de jaunisse, la démocratie est à ce prix.

Jean-Michel Apathique
et la rédaction de Racailles

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentez comme vous le souhaitez, mais sans donner raison au point Godwin...