31 janv. 2020

Racailles Radio du 31 janvier 2020 - La justice de la barre à la rue

Réécoutez l'émission sur le site de Radio Bazarnaom
en cliquant sur CE LIEN

Au sommaire :
  • Entretien concernant la Justice en France (casse des retraites des avocat.e.s, réformes successives du judiciaire, démocratie policière et répressive, etc) avec deux avocates du Barreau de Caen : Séverine LELONG et Kian BARAKAT.
  • L’article 222-14-2 du Code pénal, la mise à mal de nos libertés publiques (par Cédric).
  • Quand le vieux monde sonne la retraite ! (Par Alexis).
  • L’ajourdal (avec resistances-caen.org).

Quand on se bat pour la justice sociale, on peut se prendre la Justice en pleine gueule.
Rémi Virard, gilet jaune parmi tant d’autres, était jugé mercredi au palais de justice de Nantua dans l’Ain. Il était accusé, tenez-vous bien, d’avoir planté, avec d’autres gilets jaunes, des légumes sur 2m2 d’un rond-point. Avoir créé un potager sur l’espace public, en voilà un tort, un délit insupportable pour le maire de sa commune à l’origine de la plainte. Rémi Virard a été condamné à effectuer un stage de citoyenneté qui lui coûtera 150€. A la barre, il a défendu un acte politique affirmant ,je cite, que « si on considère que planter des légumes sur un rond-point, c’est un acte citoyen, alors un stage de citoyenneté comme sanction c’est quand même un peu absurde ». Pas faux. Il en a profité pour dénoncer les dégradations environnementales d’une toute autre ampleur causées par l’installation de canons à neige par sa commune.
Avec Rémi Virard, voilà plusieurs concepts de justice qui s’opposent : la justice sociale et environnementale – érigée sur des principes moraux d’idéal et d’équité – contre les justices normative – qui définit le cadre des actes autorisés – et institutionnelle – celle qui fait appliquer la loi.

Si la Justice, au sens d’institution régalienne, constitue l’un des trois pouvoirs des société démocratiques, on peut s’interroger sur ses orientations et son application.
Est-elle vraiment indépendante vue notamment la place qu’y tient le Parquet (les procureurs) directement placés par la Constitution sous l’autorité du Ministre de la Justice ?
Est-elle orientée quand elle fait poursuivre et condamner des milliers de gilets jaunes de façon expéditive ? Certes il y a pu y avoir des dégradations et des violences que chacun jugera légitimes ou non. Mais elles ne sauraient justifier les chiffres vertigineux d’un traitement judiciaire d’exception. Faute de réponse politique, le gouvernement a fait clairement le choix unique de la répression policière et judiciaire, en faisant supporter la gestion d’un mouvement social sur la justice.
Et cette Justice, est-elle en danger ? Face à la montée des tensions liées à l’acharnement du pouvoir – grand défenseur de l’ordre capitaliste – la Justice est-elle à percevoir comme pour ou contre les citoyens et l’intérêt commun…?

Ça fait pas mal de questions, mais ce ne seront pas les seules, que nous allons aborder dans l’émission de ce soir.
Salut, c’est Racailles Radio.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Commentez comme vous le souhaitez, mais sans donner raison au point Godwin...