17 avr. 2020

Les soignants sont-ils des héros ?

We don't need another hero
We don't need to know the way home
All we want is life beyond the Thunderdome

Nous n'avons pas besoin d'un autre héros
Nous n'avons pas besoin de connaître le chemin de la maison
Tout ce que nous voulons, c’est vivre sous le Dôme du Tonnerre


Les soignants sont-ils des héros ? Qu’est-ce qui se joue quand le Gouvernement soutient cette initiative d’applaudir les soignants à 20h ? Cela a commencé à m’interroger quand j’ai entendu plusieurs soignants que ça gênait aux entournures. Est-ce que ce sont vraiment des héros ? Est ce qu’on a besoin de héros ? Ce vocable est-il adapté ou nous empêche-t-il de réfléchir ?

Bingo ! J’ai effectivement flairé un filon !
On tape héros sur un moteur de recherche d’actu et on tombe sur ça. Pile poil.
Une tribune dans Libération par le Collectif confinés mobilisés.
« Ce qui se joue avec la figure du héros apparaît alors plus nettement : même s’il s’agit de nous faire croire qu’il n’est question que d’émotions et de sentiments, on discerne en réalité un projet politique. Car le héros, c’est un demi-dieu, un personnage exceptionnel. Autrement dit, c’est promouvoir la puissance solitaire de l’individu plutôt que la réussite du collectif. Or l’hôpital n’a pas tant besoin de surhommes ou de surfemmes que d’avoir les moyens de fonctionner dignement. Les sacrifices d’aujourd’hui auraient pu être en grande partie évités si les personnels hospitaliers avaient été écoutés et si d’autres choix politiques avaient été faits. »
Mon article pourrait s’arrêter là. Tout est dit. Continuez à applaudir et remercier si vous le souhaitez mais amenez plus de matière ! Les soignants, et les autres professions sur le pont, ne veulent pas être héroisés ! Ils veulent des moyens, de la reconnaissance, notamment par les salaires, bref, pouvoir effectuer dignement leur travail et en vivre décemment ! Incompatible avec la Macronie qui détruit les services publics et traitent bcp de ces professions comme des « riens » le reste de l’année ! On en a déjà parlé ICI avec le témoignage d'une soignante.

Allons plus loin

Je suis tombé sur un live de Branco. Je l’aime bien moi Branco. Je suis plongé dans son crépusculaire Crépuscule et il a bien renoué avec la tradition des pamphlets. Branco a un côté Saint-Just très fascinant. Si vous voulez pimenter un skypéro, prononcez les noms de Juan Branco ou Didier Raoult, vous verrez. Branco donc évoquait une conversation qu’il avait eu avec Julian Assange (la classe) au sujet de l’héroisation.
Et il explique :
« Toute société qui a besoin de héros est une société qui est dysfonctionnelle par nature.
Si vous avez besoin d’un individu pour réparer une défaillance de structure c’est que qqchose n’a pas fonctionné. 
Qu’est ce qu’il se passe qd qqchose n’a pas fonctionné, il ne faut pas s’attendre à ce qu’une personne nous sauve. Il faut aller régler le problème de structure, cette défaillance qui ns a amené à la situation présente. Toute héroïsation est dangereuse et est un symptôme »

Il ajoute :
« D’autre part, qui héroïse et divinise s’apprête au sacrifice. C’est qd même une grande leçon que les grecs ns ont donné et qui amène à réfléchir. Ns sommes en train d’envoyer les soignants ms aussi les riens, au ascrifice. On leur vend une compensation symbolique en les héroïsant et ils doivent continuer à se taire et à préserver, non pas leurs vies, mais le capital politique des dominants. »

Et il conclut ce passage en préconisant : 
« Contrer les mensonges et les défaillances du Gouvernement. Il faut pouvoir les sortir parcequ’ils sont incompétents. Développer des moyens démocratiques pr le faire. » 
We are the children
The last generation
We are the ones they left behind
And I wonder when we are ever gonna change it
Living under the fear 'til nothing else remains
We don't need another hero
We don't need to know the way home
All we want is life beyond the Thunderdome
 
Nous sommes les enfants
La dernière génération
Nous sommes ceux qu'ils ont laissé derrière
Et je me demande quand nous changerons tout ça
Vivant sous la terreur jusqu'à ce que plus rien ne bouge

Et en regardant ce live, la musique de Tina Turner tournait dans ma tête, saxophone en prime mais aussi une autre image. L’image d’un masque caricatural, entre celui de Bane dans Batman et de Dark Vador. Le masque de l’hypnotiseur. Qui ça ? L’hypnotiseur, c’est la très pauvre traduction du méchant dans Indestructibles 2. Screenslaver en VO : jeu de mot entre screensaver - l’écran de pause - et slaver, l’esclavagiste. Fascinant méchant. Au passage merci à mes enfants de m’avoir permis de découvrir des perles comme Coco (sans jeu de mot), Tous en scène ou ce supervilain digne du Joker. Screenslaver, sans vouloir spoiler a des comptes à régler avec les super-héros : on découvre que son père était ami intime avec des super-héros.
Une nuit, des cambrioleurs armés ont fait irruption dans la maison de ses parents. Son père, au lieu de chercher à se cacher dans sa chambre avec sa femme, a tenté de contacter ses amis super-héros pour qu'ils viennent les aider. Malheureusement, à cette époque, les super-héros étaient illégaux en raison d'incidents impliquant M. Indestructible justement et aucun justicier n'a donc pu venir sauver le père de Screenslaver, qui a été abattu froidement par les cambrioleurs. Sa femme est morte de chagrin peu de temps après.
Et il y a un monologue bluffant dans ce film d'animation destiné aux enfants. Je vous le livre en entier :
"L'Hypnotiseur interrompt ce programme pour un message de la plus haute importance. Ne vous embêtez pas à regarder la suite. Ce n'est pas Elastigirl qui a triomphé; elle n'a fait que reporter sa défaite. Et pendant ce temps, vous mangez des chips en la regardant se confronter à des problèmes que vous négligez par paresse. Les super-héros, c'est bon pour les faibles d'esprit qui aiment vivre par procuration. Vous ne parlez pas, vous regardez des gens discuter à la télé. Vous ne jouez pas, vous regardez des jeux télévisés. Voyager, communiquer, prendre des risques; toutes les expériences humaines doivent arriver chez vous, bien emballées, pour être observées à distance afin que vous restiez éternellement enfermés, éternellement passifs, éternellement consommateurs voraces, incapables de quitter les canapés dans lesquels vous êtes vautrés, incapables de vous mouvoir et de participer à la vraie vie. Vous voulez que les super-héros vous protègent et vous rendent encore plus faibles, par la même occasion. Vous pensez que vous êtes protégés, que l'on sert vos intérêts, que vos droits sont défendus. Mais le système continue de vous spolier, et avec le sourire. Alors allez-y, envoyez vos supers héros pour m'arrêter. Sortez vos chips, allumez vos écrans et regardez ce qui va se passer. Ce n'est plus vous qui avez le contrôle. C'est moi." 
Pan ! Tu sors de la séance chahuté ! Et tu te retrouves à expliquer à tes enfants que ce Screenslaver a beau être méchant, il dit des choses très intéressantes !
Et en effet, les super-héros - et les surhommes ou surfemmes - apparaissent en temps de crise. Dans la foulée de la Crise de 1929 et de la 2nde guerre mondiale pour Superman, Batman, Wonder Woman, Captain America ou en pleine guerre froide pour Spiderman, les 4 Fantastiques, Doctor Strange, Black Panther, Hulk ou Thor… Des périodes particulièrement sombres, violentes ou incertaines, où ces héros naïfs apparaissaient alors comme un espoir, un rempart contre la barbarie. 
Looking for something
We can rely on
There's got to be something better out there 
Love and compassion
Their day is coming
All else are castles built in the air 
And I wonder when we are ever gonna change it
A la recherche de quelque chose 
Sur lequel on peut compter
Il y a forcément quelque chose de meilleur là dehors.
L’Amour et la compassion
Leur jour viendra
le reste n’est que châteaux bâtis sur du vent
Et je me demande quand nous changerons tout ça
We don't need another hero
Non, nous n’avons pas besoin d’autres héros ou d’autres héroïnes, nous avons besoin de citoyens éclairés, lucides, conscients, informés, éduqués, cultivés pour que cette société change pour le mieux. Applaudissez, encouragez, remerciez mais n’oubliez pas de rester attentifs et prêts à agir. Prenez soin de vous et de vos proches. 

Ced RIC

A (re)lire également sur Racailles.info :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Commentez comme vous le souhaitez, mais sans donner raison au point Godwin...